La Marine royale canadienne reçoit le Groupe maritime permanent de l’OTAN 2

0
Le USS Leyte Gulf (CG-55, un croiseur lance-missile américain de classe Ticonderoga, est déplyé avec les forces de l'OTAN en Europe depuis juin dernier (US Navy)
Le USS Leyte Gulf (CG-55, un croiseur lance-missile américain de classe Ticonderoga, est déplyé avec les forces de l’OTAN en Europe depuis juin dernier (US Navy)

Des visiteurs de marque jeudi 31 juillet à Halifax: la Marine royale canadienne recevra la visite du Standing NATO Maritime Group 2 (SNMG 2),le Groupe maritime permanent de l’OTAN 2.

Le SNMG 2 est une force navale multinationale de l’OTAN engagée dans l’opération Active Endeavour en Méditerranée depuis 2001. Comprenant trois à huit frégates ou destroyers et un navire de soutien logistique, il est un des éléments de la NATO Response Force et dépend du Commandement de la composante maritime – Naples de l’OTAN.

Le 8 juillet dernier, les États-Unis ont pris le commandement du SNMG 2 et le navire amiral du groupe est dorénavant le croiseur lance-missile américain USS Leyte Gulf.

À l’arrivée demain du groupe maritime de l’OTAN, le capitaine (de marine) Craig Skjerpen, commandant adjoint de la Flotte canadienne de l’Atlantique, et le contre-amiral Brad Williamson, commandant du SNMG 2, donneront une conférence de presse commune.

Membre de l’OTAN depuis sa fondation en 1949, le Canada apporte une contribution de premier plan à la paix et à la sécurité dans le monde à travers l’Alliance atlantique qui est, dit la Défense canadienne « l’incarnation du lien transatlantique qui unit la sécurité nord-américaine et la sécurité européenne ».

C’est ainsi que, depuis le début de la crise ukrainienne, le Canada a participé activement aux mesures d’apaisement de l’OTAN en Europe centrale et orientale: six chasseurs CF-18, 24 membres du personnel des FC au Grand Quartier général des Puissances alliées en Europe, le NCSM Regina dans la mer Méditerranée ainsi que des soldats de l’armée canadienne afin d’améliorer l’état de préparation et l’interopérabilité de l’OTAN.

Et il y a quatre jours, le 24 juillet, la frégate de la Marine royale canadienne NCSM Toronto, quittait à son tour son port d’attache de Halifax, en Nouvelle-Écosse, afin de se joindre aux Forces maritimes permanentes de l’OTAN dans la mer Méditerranée dans le cadre de l’Opération Reassurance.

Le NCSM Toronto remplacera le NCSM Regina qui fait partie des Forces maritimes permanentes de l’OTAN depuis le mois de mai.

«La participation du NCSM Toronto à l’Opération Reassurance s’inscrit dans l’engagement permanent de notre gouvernement à l’amélioration des mesures d’apaisement de l’OTAN qui favorisent la sécurité et la stabilité en Europe centrale et orientale », avait déclaré à ce propos le ministre canadien de la Défense, Rob Nicholson.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.