L’aviation afghane sous-utilise ses avions C-130, le chien de garde américain veut stopper leurs livraisons

La force aérienne afghane dispose actuellement de deux avions C-130 fournis par les États-Unis.(Archives/Capt. Anastasia Wasem/US Air Force)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
La force aérienne afghane dispose actuellement de deux avions C-130 fournis par les États-Unis.(Archives/Capt. Anastasia Wasem/US Air Force)
La force aérienne afghane dispose actuellement de deux avions C-130 fournis par les États-Unis.(Archives/Capt. Anastasia Wasem/US Air Force)

Le chien de garde du gouvernement américain, l’inspecteur général spécial pour la reconstruction de l’Afghanistan (SIGAR), a écrit une lettre d’avertissement que la Force aérienne afghane peut ne pas avoir besoin de tous les C-130 fournis par les États-Unis.

Deux C-130 ont d’ores et déjà été livrés, un troisième est censé l’être en août et un quatrième d’ici la fin de l’année.

Le SIGAR insiste ainsi pour que les États-Unis mettent un terme au contrat de 100 millions $, stoppant la livraison du reste des avions.

Dans sa lettre, envoyé à plusieurs militaires de haut-rang et hauts responsables au Pentagone, John F. Sopko, note que:

– le Département de la Défense des États-Unis n’a pas été en mesure de fournir des documents à l’appui de sa décision d’acheter des C-130.

– la Force aérienne afghane sous-utilise (48% de la capacité), les deux C-130 déjà livrés. Entre octobre 2013 et mai 2014, sur les 555 heures de vols possibles selon la capacité opérationnelle des appareils, seules 261 auront été faites.

– l’élimination d’un seul C-130 pourrait permettre au contribuable américain d’économiser jusqu’à 40,5 millions $ d’ici à 2017.

– l’équipe de la force aérienne des États-Unis (USAF) a soulevé des préoccupations à l’effet que le C-130 serait trop complexe et coûteux pour l’aviation afghane. En dépit de ces préoccupations, le Secrétaire adjoint à la Défense a ordonné à l’US Air Force de fournir des C-130 à la Force aérienne afghane.

– alors qu’il visitait les installations, le SIGAR a été informé de problèmes de soutien associés à la formation, aux pièces de rechange et à l’entretien des C-130 qui ont été fournis à l’aviation afghane.