Omar Khadr pourra être transféré dans une prison provinciale

Omar Khadr (45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Omar Khadr (45eNord.ca)
Omar Khadr (45eNord.ca)

La Cour d’appel de l’Alberta a statué sur le sort réservé à Omar Khadr. Bataille entre avocats depuis de longs mois, le prisonnier a finalement obtenu le droit de purger sa peine dans une prison provinciale plutôt que fédérale.

Alors qu’il n’avait que 15 ans au moment des faits, Omar Khadr a été condamné pour avoir tué un soldat américain avec une grenade sur un champ de bataille en Afghanistan, en 2002. Originaire de Toronto, il a passé 10 ans dans la prison de Guantanamo et a finalement été condamné à huit ans de prison par les autorités américaines en 2010 et a été rapatrié au Canada, en septembre 2012.

Omar Khadr avait été envoyé dans un pénitencier à sécurité maximum à Edmonton, et a été transféré en février dernier dans l’établissement à sécurité moyenne de Bowden, au nord de Calgary.

Pour justifier ce nouveau transfert, la Cour d’appel de l’Alberta a jugé que la peine de huit imposée à Omar Khadr en est une pour un mineur.

«La peine de huit ans aurait pu être donnée à un mineur, mais elle ne pouvait pas constituer une peine pour adulte. En fait, elle pouvait seulement être une peine pour mineur», ont affirmé les juges du tribunal albertain [voir plus bas pour l’intégralité de la décision de la Cour].

Le barreau du Québec et le barreau du Canada avaient tous deux dénoncés l’incarcération sans procès d’Omar Khadr pour un crime commis alors qu’il était encore mineur.

À plusieurs reprises, le gouvernement fédéral a affirmé qu’il ferait tout pour que sa peine de prison ne soit pas réduite.

Fin mai, le ministre fédéral de la Sécurité publique, Steven Blaney, avait déclaré: «Omar Ahmed Khadr a plaidé coupable pour des crimes odieux, y compris pour le meurtre du sergent infirmier américain Christopher Speer. […] Nous nous sommes opposés vigoureusement à toute tentative de réduction de la peine imposée pour ces crimes…»

Avec ce transfert dans une prison provinciale, Omar Khadr pourra donc déposer plus facilement une éventuelle demande de libération conditionnelle. Il est d’ores et déjà éligible depuis juillet 2013, mais n’a pas encore déposé de demande.

Décision de la Cour d’appel de l’Alberta