RIMPAC 2014: retour du NCSM Whitehorse après plusieurs incidents

Le NCSM Whitehorse a son arrivée à San Diego, le 27 juin 2014. (Mass Communication Specialist 2nd Class Joshua Scott/US Navy)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le NCSM Whitehorse a son arrivée à San Diego, le 27 juin 2014. (Mass Communication Specialist 2nd Class Joshua Scott/US Navy)
Le NCSM Whitehorse a son arrivée à San Diego, le 27 juin 2014. (Mass Communication Specialist 2nd Class Joshua Scott/US Navy)

Dans une décision aussi inattendue que forte par son impact, le vice-amiral Mark Norman, commandant de la Marine royale canadienne, a ordonné à un de ses navires de faire demi-tour et de rentrer au pays.

C’est lors de l’exercice international RIMPAC 2014, impliquant cette année 49 navires de surface, six sous-marins, plus de 200 avions et 25.000 personnes, que plusieurs fautes auraient été commises par des marins du NCSM Whitehorse, un navire de défense côtière.

Sur trois incidents répertoriés, deux ont eu lieu à bord du navire, quant au troisième, à l’extérieur,… la police américaine a du intervenir et a arrêté un des marins. Selon nos sources, l’alcool serait en cause dans ces cas.

Le NCSM Whitehorse se trouvait à San Diego où a lieu une partie de RIMPAC, l’autre se déroulant à Hawaii. L’équipage se compose principalement de membres de la Réserve navale.

Dans un message adressé aux marins, le vice-amiral Norman écrit qu c’est avec une «grande déception» qu’il a pris pris la décision de faire revenir le Whitehorse au Canada.

Convaincu que la chaîne de commandement a agi comme il le fallait en réponse à ces incidents, le commandant de la Marine indique cependant que la faute est «collective» et «soulève une interrogation plus profonde».

En conséquence de cela, Mark Norman a annoncé qu’il nommait un officier supérieur pour procéder à un examen des «politiques et procédures» de la Marine afin de s’assurer que celle-ci fait tout ce qu’elle peut pour livrer de manière claire ses attentes en ce qui a trait à la conduite de son personnel, en service comme en civil.

Les premiers résultats de l’enquête doivent être remis en septembre au vice-amiral.

Le navire est arrivé à son port d’attache, Esquimalt, ce lundi 14.