Syrie : Gains des rebelles sur les djihadistes dans la région de Damas

0
Des Syriens aident une femme blessée après des frappes aériennes dans le quartier de Al-Qatarji à Alep le 18 mai 2014 (Tamer al-Halabi/AFP)
Des Syriens aident une femme blessée après des frappes aériennes dans le quartier de Al-Qatarji à Alep le 18 mai 2014 (Tamer al-Halabi/AFP)

Les insurgés des autres groupes ont infligé un sérieux revers aux djihadistes de l’État islamique (EI) dans la région de Damas, où les différents groupes se frottent aux troupes gouvernementales depuis le début du conflit syrien en 2011.

Les combattants de l’EI ont été chassés de Mesraba et de Maydaa, situés dans la Ghouta orientale, à l’est de la capitale, ainsi que de Yalda et Beit Sahem, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

«Les combattants chassés se sont alors retranchés dans Hajar al-Aswad, Tadamon et Qadam», des quartiers au sud de Damas, où ils ont une forte présence, a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l’ONG.

Il s’agit du résultat d’une offensive lancée il y a trois semaines pour déloger l’EI qui, depuis son émergence en 2013, est en conflit ouvert contre les différents groupes rebelles plus modérés. Le capitaine Abdel Rahmane al-Chami, porte-parole de Jeish al-Islam, une des composantes du Front islamique (coalition de brigades rebelles islamistes), a affirmé que les combats ont commencé après plusieurs incursions meurtrières de l’EI.

«Nous n’avions pas d’autre choix que de nous défendre. Nous sommes asphyxiés par le siège imposé par le régime d’une part et l’EI nous poignarde dans le dos d’autre part», a-t-il ajouté.

L’État islamique vend du pétrole syrien à des négociants irakiens
et revendique les attentats de Bagdad

Par ailleurs, selon l’OSDH, les djihadistes de l’État islamique vendent du pétrole et du gaz liquide syrien à des négociants irakiens via des camions-citernes. Le groupe qui détient depuis le début du moins les champs pétroliers de Deir Ezzor vend le baril de pétrole aux commerçants irakiens entre 20 et 40 dollars, selon le directeur de l’organisation.

L’EI a également revendiqué les attentats de Bagdad de samedi dernier qui ont fait 24 morts dans les quartiers chiites de la ville.

Passionné de politique, d'actualité et d'histoire depuis l'adolescence, Simon Bossé-Pelletier s'intéresse particulièrement aux relations internationales, à l'histoire militaire et au travail journalistique en situation de conflit.

Les commentaires sont fermés.