Syrie: les djihadistes de l’ex EIIL devenu l’«État islamique» prennent Boukamal à la frontière avec l’Irak

Image tirée du site internet jihadistes Welayat Salahuddin montrant des combattants qui aurait pris une base de l'armée irakienne dans le nord du pays, le 11 juin 2014 (AFP)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Image tirée du site internet jihadistes Welayat Salahuddin montrant des combattants qui aurait pris une base de l'armée irakienne dans le nord du pays, le 11 juin 2014 (AFP)
Image tirée du site internet djihadistes Welayat Salahuddin montrant des combattants de l’EIIL,l’État islamique en Irak et qu Levant, l’État islamique tout court, l’EI. (AFP)

Les jihadistes de l’État islamique (EI) ont pris mardi le contrôle total de la ville syrienne clé de Boukamal à la frontière avec l’Irak, après une bataille féroce de trois jours avec les combattants rebelles d’autres groupes rivaux, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH)

Un porte-parole de rebelles qui combattent à la fois l’EI et le régime du président Bachar al-Assad a indiqué que les djihadistes du groupe ultra-radical avaient pris la ville après avoir reçu des renforts de l’Irak voisin où l’EI contrôle maintenant de nombreuses régions tombées au cours de son offensive fulgurante débutée le 9 juin.

Cette prise survient deux jours après la proclamation par l’EI d’un califat à cheval sur la Syrie et l’Irak, appelant les musulmans du monde entier à obéir à son chef Abou Bakr al-Baghdadi.

Par la proclamation d’un califat islamique dans la foulée des ses succès en Irak, où il s’est emparé depuis le 9 juin de pans entiers du territoire irakien, tout comme l’annonce, qui s’est par la suite avéré fausse, d’une fusion Al-Nosra-EIIL, le groupe tente de profiter de la dynamique crée par ses récentes victoire en espérant sans doute que ces annonces et proclamations deviennent auto-réalisatrices.

L’État islamique a ainsi pris le contrôle total de Boukamal dans (la province pétrolifère) de Deir Ezzor, à la suite de violents combats l’opposant aux rebelles soutenus par le Front al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda, a précisé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Omar Abou Leyla, le porte-parole officiel des rebelles qui s’opposent à l’État islamique dans la province de Deir Ezzor, a déclaré à l’AFP que «la bataille était féroce, (..) mais que l’EI a gagné ce round». «Les djihadistes ont gagné après avoir déployé d’importants renforts venus d’Irak dans la nuit de lundi à mardi», a-t-il indiqué, en soulignant «qu’ils avaient aussi fait la différence grâce aux armes lourdes qu’ils ont récupérées en Irak».

Depuis des mois, les combats font rage à Deir Ezzor entre les djihadistes, initialement connus sous le nom de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), et les rebelles épaulés par le Front al-Nosra. Des centaines de familles ont fui Boukamal après l’arrivée de l’EI, selon Abou Leyla.

Les avions de chasse du régime ont mené pour leur part quatre raids sur Boukamal, après la prise de contrôle de l’EI, mais aussi contre Raqa, un bastion de ce groupe dans le nord du pays, a affirmé l’OSDH.

Le régime syrien frappait rarement les positions de ce groupe jusqu’au début de son offensive le 9 juin en Irak, visant plutôt les rebelles cherchant à renverser Bachar al-Assad.

Pendant ce temps, à Boukamal, l’EI a «inauguré» son règne sur la ville en arrêtant quatre hommes, dont deux accusés de ne pas respecter le jeûne du ramadan, selon l’OSDH.

Par ailleurs, des combats se sont déroulés à Cheil, un bastion du Front al-Nosra, à 100 kilomètres au nord de Boukamal, a indiqué l’OSDH. Et près de Damas, des affrontements ont opposé l’EI à l’Armée de l’islam, un puissant groupe rebelle qui a repoussé les jihadistes de la majorité de la ville de Midaa, selon la même source.

Apparu en Syrie en 2013, l’EIIL avait été initialement bien accueilli par certains rebelles syriens, mais sa volonté d’hégémonie et les abus qui lui sont attribués les ont poussé à retourner leurs armes contre lui.

Le conflit en Syrie a fait plus de 162.000 morts et plus de neuf millions de déplacés et réfugiés.

*Avec AFP