Une trentaine de nouveaux officiers s’enrôlent dans les Forces armées canadiennes à Montréal (PHOTOS)

65
Cérémonie d'enrôlement pour le programme de formation des officiers de la Force régulière (PFOR) sous la présidence d'honneur du Brigadier-général Louis Meloche, Commandant du groupe de recrutement des Forces canadiennes, dans le Manège militaire des Fusiliers Mont-Royal, le jeudi 10 juillet 2014. (Caporal Louis Brunet/ Section d'imagerie St-Jean, Montréal)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le Manège militaire des Fusiliers Mont-Royal a été l’hôte d’une cérémonie d’enrôlement d’une trentaine de nouveaux officiers au sein des Forces armées canadiennes, ce jeudi 10 juillet. 

Certains se sont enrôlés par le Programme de formation des officiers de la Forces régulière des Forces armées canadiennes, d’autres par le biais du Programme d’initiation au leadership à l’intention des autochtones, mais tous sont là pour donner le meilleur d’eux-mêmes.

«Ce sont nos leaders de demain», a dit d’emblée à 45eNord.ca le brigadier-général Louis Meloche, commandant du Groupe de recrutement des Forces canadiennes. Se souvenant de son temps au Collège, le brigadier-général dit: «Mon dieu, que ça a passé vite! Ça fait plus que 30 ans que je suis militaire, j’ai eu une carrière fascinante, j’ai eu des défis que j’ai adoré, mais quand je les vois là [les nouveaux élofs], je me dis ‘mais où est passé le temps? Je l’ai pas vu passé!».

Ces nouveaux élèves-officiers iront dans l’Armée canadienne, la Marine royale canadienne ou dans l’Aviation royale canadienne, une fois leurs études complétées, que ce soit au Collège militaire royal de Saint-Jean, au Collège militaire royal du Canada ou bien dans une université civile si leur programme d’études n’est pas offert dans un des deux collèges.

Pour Lyne Mary Bonhomme, s’engager dans les Forces c’est avant tout de «relever un défi». «Je m’attend pas à ce que ce soit facile, et de toute façon je serai déçue si ça l’était», explique-t-elle.

Plongé dans le monde militaire depuis son plus jeune âge, Zack Lefrançois reconnait que «quand on est enfant de militaires, soit on aime bien ce monde militaire soit pas du tout… et moi je dois avouer que je trip bien sur ces affaires-là», indique avec le sourire le jeune homme, fils du colonel Jennie Carignan.

Pour celles et ceux qui iront à Saint-Jean, la rentrée aura lieu le 27 juillet (45eNord.ca sera bien évidemment présent), tandis que celles et ceux qui iront directement à Kingston, rentreront début août.