Un été d’élève-officier à l’École de leadership et de recrues (PHOTOS/VIDÉO)

0
495
Temps de lecture estimé : 2 minutes

L’été n’est pas synonyme de repos dans les Forces armées canadiennes. Si certains sont sur leurs cours de métier, d’autres apprennent la base, comme c’est le cas à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes, à Saint-Jean-sur-Richelieu. 45eNord.ca a suivi l’élève-officier Antoine Viscardi, de l’escadron Richelieu.

L’objectif est clair, mais difficile: enseigner les compétences et les connaissances fondamentales communes pour la profession des armes et préparer de futurs officiers qui sont capables de mener de petites équipes lors d’opérations simples en garnison et lors de conditions austères en campagne.

Pour ce faire, des cours tels que la topographie, le leadership, les règlements des Forces armées canadiennes ou bien encore le maniement des armes sont enseignés aux élèves-officiers.

«Je m’attendais à ce que le temps soit long, qu’on aille aux cours, que ce soit assez pessimiste comme environnement, mais je me rend compte que non, qu’on a de très bons instructeurs, puis là je suis dans ma septième semaine et ça a passé en un clin d’œil», raconte l’élève-officier Antoine Viscardi.

Au cours des cinq premières semaines après leur arrivée, les élèves-officiers sont confinés sur la base et ont de nombreuses restrictions. Par la suite, et en fonction de leurs résultats, ces restrictions sont levées.

Tous doivent se plier aux «valeurs militaires», c’est à dire: la loyauté, le devoir, le courage et l’intégrité. Les Forces insistant beaucoup sur les inconduites à caractère sexuel.

Le major Chung Wong, commandant de la compagnie Charlie dans laquelle se trouve l’élève-officier Viscardi explique que les raisons d’engagement peuvent être multiples: «ça peut être pour des raisons financières, pour servir le pays, pour suivre la tradition familiale ou un mix de tout ça». Mais quoi qu’il en soit, «les cours d’officiers, ce n’est pas pour tout le monde. Il faut du leadership, de la personnalité et être physiquement prêt!».

Tout comme l’élève-officier Viscardi, le major Wong choisi l’entrainement «dans le champ» comme moment marquant de son cours qu’il a fait il y a plusieurs années. «La journée ou j’exerçais mon commandement c’était stressant et un gros défi de gérer le groupe et de diriger», dit-il.

Dans quelques semaines, Antoine Viscardi reprendra le chemin du Collège militaire royal de Saint-Jean, cette fois en qualité de senior et se verra confier un poste de commandement et sera responsable de la bonne conduite des activités journalières des élèves-officiers de son escadron.