Un premier Canadien condamné à 10 ans pour avoir voulu joindre les terroristes

0

140724-hersi

Un tribunal de Brampton, en Ontario, a condamné jeudi à 10 ans de prison Mohamed Hassan Hersi, un Torontois de 28 ans qui projetait de joindre un groupe terroriste en Somalie.

Hersi avait été reconnu coupable en mai d’avoir tenté de participer aux activités d’un groupe terroriste et, également, d’avoir conseillé à une personne de participer à une activité terroriste.

Le Rapport public 2013 sur la menace terroriste pour le Canada, un rapport annuel publié chaque année dans but d’informer les Canadiens de l’environnement en évolution de la menace terroriste au cours de l’année écoulée,soulignait que les extrémistes au Canada ont été impliqués dans des tentatives de recrutement d’adeptes, et ont tenté d’amasser des fonds ou d’acquérir d’autres formes de soutien.

Après l’attaque de janvier 2013 à In Amenas, en Algérie, à laquelle avaient participé un groupe de jeunes islamistes canadiens, c’était encore un jeune Canadien qui avait conduit l’attaque en avril de la même année par un commando de shebabs à Mogadiscio, en Somalie, au sein duquel on retrouvait aussi un deuxième Canadien et qui avait fait une quarantaine de morts.

En tout, on estimait que près d’une centaine de Canadiens s’étaient joint aux combats terroristes dans le monde et le Canada, à tort ou à raison, commençait à être perçu par certains comme un vivier de terroristes.

De nouvelles dispositions de la loi ont donc modifié en avril 2013 le Code criminel en créant de nouvelles infractions relatives au fait de quitter ou de tenter de quitter le Canada pour commettre certaines infractions de terrorisme et prévoient pour les personnes qui seraient reconnues coupables de telles infractions de peines variant de 10 à 14 ans d’emprisonnement.

Mohamed Hassan Hersi est le premier canadien arrêté et condamné en vertu de ces nouvelles dispositions du Code criminel.

Hersi avait été arrêté en mars 2011 à l’aéroport international de Toronto.Il s’est dit victime d’abus de procédure — il affirmait notamment avoir été piégé —, mais la cour a rejeté cette objection le mois dernier.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.