À grande échelle, Valcartier prépare sa «montée en puissance» (PHOTOS)

Centre des opérations du quartier-général du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC) pour l’exercice Large Scale préparé par l’équipe du Quartier général et Escadron des Transmissions (QGET) une formation du 5 GBMC. (Capt Julie Pagé/Affaires publiques, 2e Division du Canada)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Il est temps pour le 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC) de montrer de quoi il est capable. Voici venu le temps de la «montée en puissance»!

En 2012, la Force opérationnelle 3-12 (FO 3-12) s’était préparée en même temps que la FO 4-12, qui elle, partait pour l’Afghanistan.

En 2014-2015, Valcartier aura deux nouvelles forces opérationnelles pour la montée en puissance, la FO 1-15 (groupement tactique du 1er Bataillon, Royal 22e Régiment) et la FO 2-15 (Groupe-bataillon du 3e Bataillon, Royal 22e Régiment), et toutes deux promettent déjà de beaux défis comme l’explique le major Patrick St-Pierre, chef des opérations du 5 GBMC.

Officier des opérations du 5 GBMC, le major St-Pierre explique le déroulement de la montée en puissance. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Après une première phase d’instruction au niveau individuel entre septembre et décembre, ainsi qu’un entraînement pour deux unités à la base de Gagetown, une deuxième phase aura lieu entre janvier et mars 2015. En janvier, l’exercice hivernal RAFALE BLANCHE fera son grand retour, mais sera «encadré pour focuser vers l’entraînement final qui aura lieu à Wainwright», précise le major St-Pierre. Puis en février, il y aura un exercice assisté par ordinateur «qui va permettre de confirmer tout l’entraînement que nous avons reçus dans chacune des unités, et de mettre tout le monde ensemble assistés par ordinateur».

Enfin, lors de la phase 3, entre mars et juin, c’est en l’Alberta que se rendront l’ensemble des troupes pendant près d’un mois, avec des «quartiers généraux cohésifs» pour avoir cette confirmation» et être déployables.

Au Canada, trois bases de l’Armée se partagent la tâche d’être en «haute disponibilité opérationnelle», c’est à dire d’être déployable sur demande du gouvernement fédéral dans un court laps de temps. Il s’agit du 1er Groupe-brigade mécanisé du Canada (Edmonton, en Alberta), du 2e Groupe-brigade mécanisé du Canada (Petawawa, en Ontario) et du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (Valcartier, au Québec).

Après avoir échu aux deux premiers en 2013 et en 2014, ce sera donc au tour de Valcartier d’être en haute disponibilité opérationnelle le 1er juillet 2015.

Premier exercice lançant la montée en puissance de cette année, LARGE SCALE, dans le désert californien.

Joint par téléphone, le colonel Dany Fortin, commandant du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada, explique que l’exercice est une «excellente opportunité» pour la brigade.

«On intègre le Quartier général dans l’exercice des US Marines. Ils voulaient un partenaire crédible et ils nous ont demandé. On est très content d’avoir cette opportunité et on a travaillé très fort à intégrer nos réseaux [canadiens et américains, ndlr], plus que ce que l’on devait faire», confie le colonel.

Le major Dan McKinney, commandant du Quartier général et Escadron des transmissions (QGET) du 5 GBMC, explique que pour l’exercice son rôle est de veiller à ce que les transmissions fonctionnent pour le déploiement du QG afin que l’état-major soit en lien constant avec les troupes sur le terrain. Il en serait de même au pays ou sur un théâtre d’opérations.

Une soixantaine de personnels du QG ont été déployé pour l’exercice: des opérations à la planification, en passant par les affaires publiques, la coopération civilo-militaire, la police militaire… tous étaient présents pour simuler le déploiement d’un QG dans un territoire hostile. «Aujourd’hui on a du évacuer des prisonniers de guerre et c’était complexe car il y avait une centaine de prisonniers, relate le colonel Fortin.

Les leçons apprises en Afghanistan pour un «théâtre d’opérations contemporain» ont été appliqué au cours de l’exercice. «Il faut garder nos compétences particulières et d’autres un peu plus conventionnelles. C’est un équilibre à atteindre».

En 2012, la FO 4-12 se préparait pour l’Afghanistan (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Évoquant les prochains mois qui attendent les milliers de soldats de la base de Valcartier, le colonel Fortin indique que son approche pour la montée en puissance, «au retour de Wainwright, [au printemps 2015, ndlr] c’est qu’on ait 3.000 personnes bien entraînées, prête à recevoir des instructions pour une mission dans un théâtre d’opérations qu’on nous dira d’aller».

Une montée en puissance les doigts dans le nez, ou presque!

Notez que ce jeudi, 45eNord.ca sera dans les secteurs d’entraînement de Valcartier pour l’exercice CONVOI, préalable à la montée en puissance.