Des sénateurs démocrates et républicains veulent que les États-Unis et l’OTAN arment l’Ukraine

36
Un soldat ukrainien sur le bord de la route près de Lougansk à l'Est de l'Ukraine le 20 août 2014 ( Aleksey Chernyshev/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un soldat ukrainien sur le bord de la route près de Lougansk à l'Est de l'Ukraine le 20 août 2014 ( Aleksey Chernyshev/AFP)
Un soldat ukrainien sur le bord de la route près de Lougansk à l’Est de l’Ukraine le 20 août 2014 ( Aleksey Chernyshev/AFP)

Le président de la commission des Affaires Etrangères du Sénat, le démocrate Robert Menendez, a estimé dimanche que les Etats-Unis et l’Otan devraient fournir des armes à l’Ukraine pour combattre l’invasion russe, une option qui selon lui pourrait être envisagée dès à présent par la Maison Blanche.

« Il n’est plus question de rebelles séparatistes qui combattent dans l’est de l’Ukraine, mais d’une invasion russe directe (…) avec des milliers de soldats, des missiles et des chars », a-t-il déclaré sur CNN, depuis Kiev. « Je pense que cette option (de fournir des armes aux Ukrainiens, ndlr) pourrait très bien être envisagée dès à présent » par l’administration Obama, a-t-il ajouté.

Jusqu’à présent, les Etats-Unis, l’Europe et l’Otan se bornent à donner à Kiev une aide excluant des armes. Mais « on peut considérer que les circonstances ont changé », a poursuivi le sénateur Menendez. « La Russie a violé l’ordre international établi (…) depuis la guerre froide et ignoré tous les efforts qui visaient à ce que Moscou et les autres nations ne résolvent pas leurs différends en envahissant un autre pays, pour s’emparer d’une partie de son territoire et l’annexer », a-t-il dit.

« Je pense que l’Union européenne, l’Otan ainsi que les Etats-Unis doivent considérer que la situation est radicalement différente et que nous devons donner aux Ukrainiens la possibilité de combattre et de se défendre », a insisté le sénateur, en excluant l’envoi de troupes américaines ou de l’Otan sur place.

Il a aussi appelé à davantage de sanctions visant certains secteurs clé de l’économie russe comme l’énergie et la finance.

L’enjeu de la situation ukrainienne va au-delà de l’Ukraine et est de portée mondiale, selon lui. « Si la Russie ne paye pas un prix très élevé pour son invasion de l’Ukraine, que dirons alors les Etats-Unis face à la Chine dans le sud de la mer de Chine, à l’Iran qui cherche à acquérir des armes nucléaires ou encore à la Corée du Nord », s’est interrogé M. Menendez. « Nous devons donc réfléchir en ayant à l’esprit nos intérêts de sécurité nationale pour préserver l’ordre international », a-t-il dit.

Vendredi, Ihor Dolhov, chef de la délégation ukrainienne auprès de l’Otan, avait indiqué que « l’Ukraine avait besoin de davantage d’aide y compris militaire », regrettant que l’Alliance n’ait pas fourni d’armes. « Nous pouvons assurer notre propre protection, mais nous avons besoin de l’aide » des Alliés « pour arrêter l’agression » de la Russie, avait-il dit, insistant: « Nous voulons » des armes.

M. Dolhov a espéré que le sommet de l’Otan des 4 et 5 septembre au Pays-de-Galles donnerait « des résultats pratiques ».

L’Otan évalue à un millier le nombre des soldats russes combattant dans l’est de l’Ukraine aux côtés des séparatistes et à 20.000 le nombre de ceux massés le long de la frontière.