Entretien Harper-Obama sur l’Irak: le Canada prêt à poser des gestes concrets

Les peshmergas kurdes irakiens à 40 km à l'ouest d'Erbil, capitale de la région autonome kurde au nord de l'Irak se battent contre les forces de l'Etat Islamique bombardées par les Etats-Unis le 8 août 2014 (Safin Hamed/AFP)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Les peshmergas kurdes irakiens à 40 km à l'ouest d'Erbil, capitale de la région autonome kurde au nord de l'Irak se battent contre les forces de l'Etat Islamique bombardées par les Etats-Unis le 8 août 2014 (Safin Hamed/AFP)
Les peshmergas kurdes irakiens à 40 km à l’ouest d’Erbil, capitale de la région autonome kurde au nord de l’Irak se battent contre les forces de l’Etat Islamique bombardées par les Etats-Unis le 8 août 2014 (Safin Hamed/AFP)

Le Premier ministre Stephen Harper, qui s’est entretenu ce mardi 12 août sur l’Irak avec le Président des États-Unis, Barack Obama, a de nouveau exprimé l’appui du Canada aux frappes aériennes contre les positions djihadistes et sa volonté de participer à l’effort humanitaire.

«Les dirigeants ont échangé des points de vue sur l’évolution de la situation en Irak et sur l’importance de soutenir la population irakienne, notamment en lui fournissant de l’aide humanitaire», dit le communiqué du bureau du Premier ministre..

Ils ont convenu qu’il fallait riposter aux gestes barbares de l’organisation terroriste ISIS/ISIL.

«Les deux dirigeants ont convenu de travailler avec d’autres partenaires de la communauté internationale pour fournir une aide humanitaire supplémentaire immédiate et poursuivre l’élaboration d’options pour assurer la sécurité des civils sur le Mont Sinjar», a dit de son côté la maison Blanche.

Le Premier ministre Harper a également réitéré l’appui entier du Canada aux frappes aériennes des États-Unis contre les terroristes ainsi qu’au secours humanitaires en cours de déploiement.

Le Premier ministre Harper a de nouveau indiqué que le Canada se tient prêt à offrir une aide supplémentaire et que les autorités canadiennes travailleront avec leurs homologues pour trouver des moyens qui permettront au Canada de continuer à soutenir les efforts humanitaires.

Les deux dirigeants ont exprimé leur espoir commun qu’un nouveau gouvernement irakien se rallie pour former un gouvernement inclusif qui surmontera la crise actuelle. Ils se sont mis d’accord pour rester en contact étroit à ce sujet, souligne aussi le communiqué du Bueau du premier ministre canadien.

De son côté, le ministre des Affaires étrangères John Baird a salué hier la nomination du nouveau Premier ministre irakien.

«Le Canada se réjouit d’apprendre que le président irakien, M. Fouad Massoum, a accepté la nomination de M. Haïdar al-Abadi, qui est issu du groupe majoritaire au Parlement, à titre de premier ministre désigné. Les Irakiens viennent de faire un autre pas important vers la formation d’un gouvernement inclusif», a déclaré le chef de la diplomatie canadienne.

Évincé, le Premier ministre sortant irakien Nouri al-Maliki, qui briguait un 3e mandat et s’accroche au pouvoir, a jugé que la nomination lundi de son successeur constituait une violation de la Constitution, menée avec le soutien des États-Unis et refuse d’accepter cette nomination.

Non seulement le président américain Barack Obama a mis tout son poids lundi derrière le nouveau Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi, appelant fermement, mais sans jamais le nommer, le très contesté Nouri al-Maliki à céder pacifiquement le pouvoir, mais le Secrétaire d’état américain John Kerry et son coll`gue à la Défesne Chick hagel ont été très clairs sur cette question aujourd’hui: les États-Unis dont d’gouvernement d’union en Irak la condition d’un élargissement de leur aide politique, économique et militaire.

«En vertu de la Constitution iraquienne, le nouveau premier ministre [Haïdar al-Abadi, ndlr] doit présenter d’ici 30 jours son nouveau gouvernement et son programme national au Parlement iraquien pour approbation. Le Canada invite tous les dirigeants politiques irakiens à resserrer les rangs malgré les différends sectaires et ethniques afin d’assurer une transition rapide, transparente et sans heurt. Seul un gouvernement uni, pluraliste et représentatif peut surmonter la crise actuelle», a ajouté pour sa part le ministre canadien des Affaires étrangères.

«Le Canada est prêt à appuyer le peuple et le gouvernement iraquiens devant l’insurrection de l’EIIS [État islamique d’Iraq et du Sham]. Hier, le Canada a annoncé une contribution de 5 millions de dollars en aide humanitaire supplémentaire dans le but d’aider les Iraquiens touchés par la violence», a aussi rappelé le chef de la diplomatie canadienne, qui avait été l’objet de critiques pour ses déclarations enflammées qui, selon ses détracteurs, n’étaient pas suivies de gestes concrets.