Italie: les corps des quatre pilotes des Tornado écrasés ont été retrouvés

Deux appareils Tornado italiens se sont écrasés le 19 août dans la zone d'Ascoli Piceno alors qu'ils effectuaient une mission d’entraînement (Archives/Armée de l'Air italienne)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Deux appareils Tornado italiens se sont écrasés le 19 août dans la zone d'Ascoli Piceno alors qu'ils effectuaient une mission d’entraînement (Archives/Armée de l'Air italienne)
Deux appareils Tornado italiens se sont écrasés le 19 août dans la zone d’Ascoli Piceno alors qu’ils effectuaient une mission d’entraînement (Archives/Armée de l’Air italienne)

Avec la découverte ce samedi 23 août du quatrième pilote d’un des deux chasseurs Tornado italiens qui s’étaient écrasés mardi dans la région des Marches (centre-sud), tous les corps des quatre pilotes des deux chasseurs ont donc maintenant été retrouvés, a annoncé aujourd’hui l’Armée de l’Air italienne.

Les deux Tornado qui se sont écrasés le 19 août avaient des équipages de deux personnes chacun, un pilote et un navigateur, tous les quatre des capitaines de l’aviation dont les âges allaient de 31 à 36 ans.

Le corps du quatrième pilote, la capitaine Mariangela Valentini, a été trouvé dans la matinée d’aujourd’hui, samedi 23 Août, à Poggio Anzu, le quatrième corps des quatre policiers impliqués dans l’accident d’avion 19 derniers Août.

La capitaine Mariangela Valentini aurait eu 32 ans le mois prochain. Son corps qui a été retrouvé sous les débris de la cabine de pilotage de son appareil.

L’accident s’était produit mardi après-midi dans la zone d’Ascoli Piceno. Selon des témoins, les deux avions se sont touchés en vol avant de s’écraser.

Les deux Tornado étaient partis de leur base dans la province de Brescia, dans le nord de l’Italie, pour un vol d’entraînement dans le cadre de préparatifs à des manœuvres de l’OTAN prévues en automne.

Par ailleurs, l’Armée de l’Air reçoit en ce moment, dit-elle, des offres de coopération des citoyens qui ont été témoins de l’incident, mais invite les citoyens à contacter plutôt directement aux autorités de la sécurité publique et les organismes d’application de la loi afin de s’assurer que les autorités judiciaires ait dès que possible toute l’information pertinente pour l’enquête en cours.