Journée nationale des Gardiens de la Paix à la Place George V à Québec

Samedi 9 août à la Place George V avait lei la Journée nationale des gardiens de la paix afin d'honorer et de commémorer les Canadiens qui ont pris part ou participent actuellement à des missions de paix (Photos: 1er bataillon R22R)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Comme les années précédentes, des militaires de Valcartier, accompagnés de vétérans, de policiers et de civils, se sont réunis à Place George-V ce samedi 9 août pour commémorer les sacrifices et le travail des gardiens de la paix canadiens.

Ils étaient cette année une cinquantaine de militaires pour une cérémonie empreinte de sobriété qui débuté à 10 h. Le Colonel Thibeault et l’adjudant-chef Murray et plusieurs autres représentants du 1er Bataillon Royal 22e assistaient à la cérémonie.

La contribution des Casques bleus, d’hier et d’aujourd’hui, a notamment été soulignée par le dépôt de couronnes au pied du Monument de la Bravoure.

L’apport des familles qui, par leur soutien, ont aidé les gardiens de la paix à accomplir leur mission dans de nombreux pays dévastés par les
conflits a aussi été souligné.

Dans tout le Canada, le 9 août est désigné « Journée nationale des Gardiens de la paix (Casques bleus) ».

C’est à cette date, en 1974, que neuf gardiens de la paix canadiens ont perdu la vie lorsque leur aéronef, aux couleurs des Nations Unies, a été abattu par des missiles syriens au cours d’une mission de ravitaillement au Moyen-Orient.

Cette journée représente la perte la plus élevée de membres des Forces armées canadiennes durant une même journée lors d’une mission de soutien de la paix.

De son côté, par voie de communiqué, le ministre de la Défense, Rob Nicholson, a souligné «la contribution importante[du Canada] aux opérations de maintien de la paix», ajoutant que «La Journée nationale du maintien de la paix présente aux Canadiens une occasion de reconnaître le service et les sacrifices des membres des Forces armées canadiennes et les civils qui travaillent pour maintenir la paix dans le monde».

Les «missions de maintien de la paix»: une invention canadienne

Longtemps, le nom du Canada a été lié aux missions de la paix de l’organisation internationale à travers le monde et on pourrait dire que les «missions de maintien de la paix», c’est une «invention canadienne».

Avant 1956, en fait depuis 1948, l’ONU avait déployé plusieurs missions d’observation, mais leurs fonctions étaient restreintes à observer et surveiller les cessez-le-feu après qu’un accord ait été conclu (l’Organisme des Nations Unies chargé de la Surveillance de la Trêve (ONUST), formé en 1948 pour superviser la trêve en Palestine par suite de la guerre arabo-israélienne, et le Groupe d’Observateurs Militaires des Nations Unies dans l’Inde et le Pakistan (UNMOGIP), établi en 1949 pour superviser les cessez-le-feu entre l’Inde et le Pakistan).

C’est le Premier-ministre canadien et prix Nobel de la Paix, Lester B. Pearson, alors qu’il n’était encore que ministre des Affaires extérieures, qui a proposé d’aller plus loin que de simples missions de surveillance.

Depuis 1956, le Canada a fourni à l’ONU plus de 160 000 soldats qui ont participé à plus d’une soixantaine de missions dont 134 ont donné leur vie, faisant ainsi l’ultime sacrifice pour la paix.

À Québec, le principal organisateur de la «Journée des gardiens de la paix» a été pendant plusieurs années le sergent à la retraite Dan Lafontaine et l’Association des vétérans autochtones.

Aujourd’hui, ce sont les Forces armées canadiennes elles-mêmes, au niveau la 5e Brigade mécanisée du Canada, qui se chargent de l’organisation de cette importante cérémonie.

Ailleurs au Canada

Des cérémonies de la Journée nationale des Gardiens de la paix ont eu lieu ailleurs au Canada, notamment à Ottawa le dimanche le plus près du 9 août au Monument national au maintien de la paix.

Parm Gill, le secrétaire parlementaire du ministre des Anciens Combattants, s’est joint dans la capitale fédérale à des membres actifs et à d’anciens membres des Forces armées canadiennes, à des membres de la Gendarmerie royale du Canada et à des membres de services de police de partout au Canada au Monument au maintien de la paix, nommé Réconciliation, pour souligner la Journée nationale des Gardiens de la paix.

Le secrétaire parlementaire faisait partie de l’équipe chargée de l’inspection. Par la suite, il a déposé une couronne de fleurs au nom du gouvernement du Canada pour rendre hommage les soldats canadiens qui ont servi dans des missions de sécurité partout dans le monde.