Le NCSM Kingston quitte Halifax pour les eaux arctiques du Canada

Le navire de défense côtière NCSM Kingston à Halifax (Archives/WikiCommons)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le navire de défense côtière NCSM Kingston à Halifax (Archives/WikiCommons)
Le navire de défense côtière NCSM Kingston à Halifax (Archives/WikiCommons)

Le navire de défense côtière NCSM Kingston quitte Halifax en Nouvelle-Écosse ce vendredi 8 août pour se rendre dans l’Arctique canadien, où il sera rejoint plus tard en août par le NCSM Shawinigan alors que les deux navires participeront en août dans les eaux arctiques à plusieurs opérations importantes.

«Les efforts conjoints des NCSM Kingston et Shawinigan dans le Nord canadien marque une fois de plus la présence navale continue des navires de la Marine royale canadienne dans l’Arctique canadien, avec cette année une présence ininterrompue de 50 jours au nord du 60e parallèle», souligne le communiqué de la Marine Royale canadienne qui annonce ce départ.

«Ce déploiement fait partie intégrante des efforts constants de la MRC d’assurer, en collaboration avec nos partenaires militaires et gouvernementaux, une présence rassurante dans nos communautés nordiques, ainsi que de s’assurer que les eaux arctiques canadiennes demeurent surveillées et protégées», a déclaré à ce propos le Vice-amiral Mark Norman, commandant de la Marine royale canadienne.

Ce déploiement marquera également un nouveau record pour la flotte des navires de défense côtière alors que le NCSM Kingston sera le premier navire du genre à se rendre si loin dans l’Arctique ouest avec son passage dans le détroit de Victoria, jusqu’à Cambridge Bay.

Au cours de ce déploiement, le NCSM Kingston participera à un exercice naval avec la marine danoise assurant ainsi l’engagement de la Marine canadienne à collaborer avec les nations alliées de l’Arctique.

Une fois le Kingston dans le détroit de Victoria, des membres des Services hydrographiques du Canada de Parcs Canada monteront à bord afin de cartographier le fond de l’océan Arctique tout en cherchant pour les navires perdus de l’expédition Franklin, les HMS Erebus et Terror, précise le communiqué.

Sous le commandement de Sir John Franklin, les deux navires infortunés anglais et leurs équipages ont péri alors qu’ils tentaient de naviguer le passage du Nord-Ouest en 1845.

Le NCSM Shawinigan prendra la route de l’Arctique canadien à son tour plus tard en août afin de participer à l’opération NANOOK à proximité d’Iqaluit et de York Sound, ainsi que dans les eaux du détroit de Davis.

L’opération NANNOK est une opération militaire conduite annuellement par les Forces canadiennes depuis 2007 pour assurer la souveraineté et la sécurité dans le Nord canadien. Elle est menée conjointement avec les autorités territoriales et d’autres partenaires fédéraux tels que la Garde côtière canadienne. Elle vise entre autres à assurer la souveraineté canadienne sur le passage du Nord-Ouest.

Au cours de ce déploiement, des membres du département des Pêches et Océans et d’Environnement Canada monteront à bord du NCSM Shawinigan afin d’étudier les habitats de l’Arctique, précise aussi la marine royale canadienne dans son communiqué.

Finalement, les deux navires de guerre participeront à l’opération QIMMIQ lors de leur passage dans les eaux arctiques canadiennes en menant des opérations de surveillance et de présence.

L’opération QIMMIQ, elle, est l’opération de surveillance et de présence menée de façon continue par la Force opérationnelle interarmées (Nord) tout au long de l’année dans le Nord canadien et la Marine royale canadienne y prend part chaque année au mois d’août.