Le Premier ministre Harper dans le passage du Nord-Ouest à bord du NCSM Kingston

36
Le navire de défense côtière NCSM Kingston à Halifax (Archives/WikiCommons)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Dans le cadre l’expédition 2014 visant à retrouver les navires de Franklin, le Premier ministre Stephen Harper a passé deux nuits avec des membres de l’équipage du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Kingston pour se rendre de Pond Inlet à Arctic Bay, au Nunavut.

Le NCSM Kingston est en route vers le détroit de Victoria, à titre de participant à une équipe 2014 élargie à la recherche des infortunés navires de l’expédition menée par Franklin en 1845-1846 : NSM Erebus et NSM Terror.

Au cours de son voyage, le Premier ministre Harper et des membres des Forces armées canadiennes ont parcouru un secteur du passage du Nord-Ouest chargé d’histoire, tout en affirmant activement la souveraineté du Canada dans la région.

À bord du navire, le Premier ministre Harper a notamment fait l’essai d’un véhicule téléguidé submersible utilisé pour tenter de retrouver les navires perdus de Franklin. Ce véhicule est l’un des impressionnants outils très perfectionnés fabriqués en partie à partir de technologies canadiennes de pointe.

Il a fait cette excursion dans le cadre de sa tournée annuelle dans le Nord, du 21 au 26 août 2014. Le Premier ministre était accompagné de Leona Aglukkaq, ministre de l’Environnement, ministre de l’Agence canadienne de développement économique du Nord et ministre du Conseil de l’Arctique.

Cet été, le gouvernement du Canada ainsi qu’un nombre sans précédent d’organismes des secteurs public, privé et à but non lucratif ont formé un partenariat visant à retrouver les navires historiques et à localiser le seul lieu historique du Canada qu’il reste à découvrir.

L’expédition 2014 visant à retrouver les navires de Franklin, qui se déroulera dans le détroit de Victoria, permettra en outre d’approfondir nos connaissances au sujet d’un certain nombre de domaines prioritaires, notamment grâce à la collecte d’importantes données scientifiques sur la région la plus reculée du Canada.

Grâce à cette convergence d’intérêts communs envers l’Arctique, la collaboration des nombreux partenaires permettra de favoriser l’atteinte d’objectifs dans les domaines clés suivants :

  • La célébration de l’histoire du Canada
  • La sûreté et la sécurité
  • La recherche et la technologie liées à l’Arctique
  • Le soutien des communautés de l’Arctique

Les partenaires du gouvernement du Canada pour l’expédition 2014 dans le détroit de Victoria sont notamment Parcs Canada, Pêches et Océans Canada, la Garde côtière canadienne (GCC), la Marine royale canadienne (MRC), Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC), Environnement Canada et l’Agence spatiale canadienne (ASC), de même que les gouvernements du Nunavut et de la Grande‑Bretagne.

Les partenaires des secteurs privé et à but non lucratif sont notamment l’Arctic Research Foundation (ARF) et la Société géographique royale du Canada, laquelle amène également la participation de ses propres partenaires, soit la Fondation W. Garfield Weston, Shell Canada et One Ocean Expeditions (OOE).

L’expédition 2014 dans le détroit de Victoria réunira un nombre record de navires (quatre) : le navire de la Garde côtière canadienne Sir Wilfrid Laurier, le NCSM Kingston de la Marine royale canadienne, le navire de recherche Martin Bergmann de l’ARF, et le One Ocean Voyager d’One Ocean Expeditions, de même qu’un certain nombre de plus petits navires.

Parmi les technologies de pointe qui seront employées figurent l’imagerie par satellite RADARSAT-2 de l’ASC, un sonar à balayage latéral multifaisceaux à haute résolution, le véhicule téléguidé submersible et un véhicule sous-marin autonome de Parcs Canada, et le véhicule sous-marin autonome de pointe de RDDC, en l’occurrence l’Explorateur de l’Arctique, qui a été mis au point en collaboration avec des partenaires du secteur privé.

Depuis 2008 et le lancement des recherches contemporaines en vue de retrouver les navires de Franklin, cinq expéditions de recherche dirigées par Parcs Canada ont été menées, permettant d’établir des levés et de cartographier plus de 1200 km2 de fond marin dans l’Arctique, ce qui équivaut à plus de 2200 terrains de football. L’expédition de cette année table sur les travaux accomplis lors des recherches précédentes, et on s’attend à ce que les travaux de cartographie qui y seront effectués dépassent de loin les travaux réalisés lors de la meilleure année à ce jour.

En 2012, le Service hydrographique du Canada, avec l’appui de la GCC, a réalisé de nouveaux levés d’une voie de navigation plus au sud vers le détroit d’Alexandra, qui constitue une autre voie possible, contournant l’île King William et qui s’avère avantageuse sur le plan de la sécurité maritime, du temps d’intervention pour les opérations de recherche et de sauvetage et de l’économie de carburant.

En 2012, le gouvernement du Canada et le gouvernement du Nunavut ont signé un protocole d’entente sur la collaboration continue et la coordination des activités de recherche et de préservation en ce qui a trait au NSM Erebus et au NSM Terror.
Citations

«C’était passionnant de me joindre à l’équipe de l’expédition qui recherche les navires perdus de Sir John Franklin. J’ai été fortement impressionné par le dévouement et le professionnalisme des membres de l’expédition 2014, qui mettent à profit des technologies canadiennes de pointe afin de résoudre ce mystère du passé. Les travaux d’exploration de Sir Franklin et ses découvertes de certaines parties du Nord canadien sont un élément important de notre histoire et ont contribué à faire du Canada le merveilleux pays que l’on connaît aujourd’hui.», a déclaré le Premier ministre Stephen Harper

«Je souhaite un immense succès à l’équipe de l’expédition Franklin 2014, qui ratisse les eaux frigides et impitoyables de l’Arctique afin d’y découvrir des secrets de notre passé», a ajouté le Premier ministre canadien.