Les Kurdes tentent de reprendre aux djihadistes à Mossoul le plus grand barrage d’Irak

36
Le barrage de Mossoul, le plus grand barrage d'Irak (Archives/U.S. Corps of Engineers)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
La centrale hydro-électrique de Mossoul (Archives/U.S. Corps of Engineers)
La centrale hydro-électrique de Mossoul (Archives/U.S. Corps of Engineers)

Les forces kurdes, soutenues par l’aviation américaine, ont lancé ce samedi 16 août une offensive pour reprendre aux djihadistes de l’État islamique (EI) le barrage de Mossoul (nord), le plus important d’Irak, a déclaré un haut responsable militaire kurde.
——
Mise à jour au 17/08/2014 à 17h19

Les forces kurdes, aidées par l’aviation américaine, ont repris dimanche le plus grand barrage d’Irak aux djihadistes de l’État islamique (EI) qui sont également sous le feu de l’aviation syrienne de l’autre côté de la frontière en plus de devoir faire face à une contre-offensive de tribus sunnites dans l’ouest irakien.

«Le barrage de Mossoul a été complètement libéré», a déclaré Ali Awni, un responsable du principal parti kurde irakien, ajoutant que les combats se déroulaient désormais à Tal Kayf, une localité aux mains des djihadistes à une centaine de km à l’est du barrage.

——
Mise à jour au 16/09/2014 à 18h52

Les forces militaires américaines ont continué à attaquer les positions de l’État islamique en Irak: les Etats-Unis ont mené samedi 16 août neuf frappes aériennes près du plus important barrage d’Irak, le barrage de Mossoul, non loin d’Erbil (nord), que les forces kurdes tentent de reprendre aux djihadistes, a indiqué le Centcom, le commandement militaire américain qui couvre le Moyen-Orient et l’Asie centrale.

——

Les peshmergas, avec un soutien aérien américain, ont pris le contrôle du côté est du barrage à la faveur de cette offensive, a annoncé le général Abdel Rahmane Korini, cité par l’AFP.

Les frappes aériennes contre les djihadistes ont commencé tôt samedi matin, et les combats se poursuivaient dans l’après-midi, rapporte l’agence de presse.

Il s’agit de la première tentative des Kurdes de reprendre ce barrage dont ils ont perdu le contrôle le 7 août.

L’EI, qui s’est emparé de vastes pans du territoire irakien en deux mois d’offensive fulgurante, a lancé début août une série d’attaques dans le nord de l’Irak, s’emparant de nombreux villages et d’infrastructures stratégiques, comme ce barrage, ou des puits de pétrole.

Le barrage sur le fleuve Tigre, situé sur la rive sud du lac de Mossoul, à quelque 50 km au nord de la ville, fournit de l’eau et de l’électricité à la majeure partie de la région et est indispensable à l’irrigation de vastes zones de culture dans la province de Ninive.

Mossoul, deuxième ville est la place forte des insurgés en Irak et son barrage est important à l’économie de l’EI et à sa volonté de construction d’un Etat incarné par le califat proclamé fin juin.

Mais, face à l’avancée des djihadistes et à l’incapacité des forces irakiennes de résister à leur assaut, les Kurdes irakiens sont devenis le meilleur rempart contre les ultra-radicaux de l’État islamique.

Aidées par les frappes américaines, les forces kurdes ont déjà repris le 10 août aux djihadistes deux villes du nord de l’Irak, Makhmour et Gwer.

Deavant la menace islamiste en Irak, non seulement les États-Unis ont-ils commencé le 8 août des frappes aériennes contre les positions djihadistes dans le Nord du pays, mais, devant les exactions et les atrocités de l’État islamique, mais toute la communauté internationale se mobilise.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté pour sa part vendredi à l’unanimité une résolution qui vise à empêcher le recrutement et le financement des djihadistes en Syrie et en Irak.

L’Occident a peut-être laissé la situation pourrir en Syrie mais il semble en être autrement en Irak, que le «calife Ibrahim» se le tienne pour dit…

*Avec AFP