Les responsables des affaires politiques et humanitaires de l’ONU en visite en Ukraine

Des femmes avec leurs enfants, réfugiés des régions de Donetsk et de Lougansk, font la queue le 2 août pour recevoir de l'aide humanitaire de la mission de l'ONU à Yalta, en Crimée maintenant russe, à quelque 142 km de la ville ukrainienne de Donetsk (Archives/Alexander Khudoteply/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des femmes avec leurs enfants, réfugiés des régions de Donetsk et de Lougansk, font la queue le 2 août pour recevoir de l'aide humanitaire de la mission de l'ONU à Yalta, en Crimée maintenant russe, à quelque 142 km de la ville ukrainienne de Donetsk (Archives/Alexander Khudoteply/AFP)
Des femmes avec leurs enfants, réfugiés des régions de Donetsk et de Lougansk, font la queue le 2 août pour recevoir de l’aide humanitaire de la mission de l’ONU à Yalta, en Crimée maintenant russe, à quelque 142 km de la ville ukrainienne de Donetsk (Archives/Alexander Khudoteply/AFP)

La patronne des affaires humanitaires des Nations Unies, Valerie Amos, et le chef des affaires politiques de l’Organisation, Jeffrey Feltman, se sont se sont rendus jeudi en Ukraine pour évaluer la situation dans l’Est du pays où les combats opposent les insurgés pro-russes et les forces de Kiev.

Les autorités de Kiev mènent depuis le 15 avril une offensive en vue de réprimer la révolte qui a éclaté dans l’est du pays suite au renversement du régime du président Viktor Ianoukovitch le 22 février.

Les combats ont déjà fait plus d’un millier de morts parmi les civils et entraîné d’importantes destructions. Selon les chiffres de l’ONU, plus de 2.000 civils ont été tués et près de 5.000 autres blessés dans cette région du pays de la mi-avril au 10 août.

La Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires et Coordinatrice des secours d’urgence des Nations Unies, Valérie Amos, séjournera en Ukraine du 21 au 24 août pour évaluer les besoins de l’est du pays en aide humanitaire et les moyens permettant de l’acheminer.

Lors de sa visite qui doit durer Valérie Amos doit rencontrer à Kiev de hauts responsables du gouvernement, des membres du corps diplomatique, des représentants de la société civile et des collègues des Nations Unies, a indiqué jeudi le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA). Jeudi, elle a notamment rencontré le Premier ministre Arseniy Yatsenyuk.

La veille Jeffrey Feltman avait rencontré à Kiev le Président ukrainien Petro Poroshenko. Il a réitéré la préoccupation du Secrétaire général de l’ONU concernant la situation dans l’Est et son espoir d’une solution pacifique au conflit, a indiqué jeudi le porte-parole du Secrétaire général lors d’un point de presse à New York.

Pendant ce temps, les combats se poursuivent dans l’Est ukrainien, notamment à Lougansk, l’une des places fortes des rebelles, assiégée et inaccessible à la presse, où l’eau, l’électricité et les communications sont coupées depuis près de trois semaines, où une «grande bataille» était en cours, a déclaré jeudi le porte-parole militaire et président du Conseil de sécurité nationale et de défense d’Ukraine, Andriï Lyssenko.

L’offensive ukrainienne ces derniers jours vise à isoler les séparatistes de la frontière avec la Russie.

Quant au convoi humanitaire de Moscou destiné aux populations de l’Est victimes des combats et dont la destination finale était Lougansk, il est toujours bloqué du côté russe de la frontière depuis une semaine, les autorités ukrainiennes n’ayant pas commencé l’inspection des camions sous les auspices de la Croix-Rouge, arguant de l’absence de garanties de sécurité pour son acheminement sur le territoire contrôlé par les rebelles en Ukraine.