L’ours encore plus moderne, le bombardier russe de 5e génération sera doté d’armes hypersoniques

1
12974
Un bombardier stratégique russe Tupolev Tu-160 (Archives/ru.wikipédia)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Un bombardier stratégique russe Tupolev Tu-160 (Archives/ru.wikipédia)
Un bombardier stratégique russe Tupolev Tu-160 auquel succédera le bombardier PAK DA de 5e génération qui sera doté d’armes hypersoniques. (Archives/ru.wikipédia)

L’ours s’amincit, se raffine, devient moins pataud et encore plus musclé: après un nombre inhabituel de visites récemment de plusieurs bombardiers nucléaires TU-95 datant de l’époque soviétique dans ou autour de notre zone de défense aérienne, le commandant de l’Armée de l’air russe, Viktor Bondarev prend un malin plaisir à nous annoncer maintenant que le bombardier russe de 5e génération PAK DA, encore plus performant, qui succédera aux Tupolev comme celui qu’on voit sur la photo, sera produit en série dès 2021-2022.

Les Russes avaient déjà avec le Tuplolev Tu-160 le plus gros supersonique au monde, ils auront maintenant avec le PAK DA un bombardier de 5e génération doté de missiles «hypersoniques», c’est à dire «hautement supersoniques», dans les eaux de Mach 5 environ.

«Je pense qu’au cours de cette décennie nous obtiendrons les premiers prototypes et que la production en série débutera en 2021-2022», a-t-il déclaré samedi sur les ondes de radio RSN, rapportent les agences russes.

Le général Bondarev a précisé que l’avion en question remplacerait ainsi bientôt les les Tu-160 et les Tu-95, comme ceux qui sont venus narguer la défense aérienne nord-américaine récemment en volant autour ou carrément à l’intérieur de notre zone de défense aérienne.

Quant aux caractéristiques du bombardier PAK DA dernier cri, «Les roquettes seront dotées d’une intelligence intégrée. Elles analyseront la situation aérienne et les données fournies par les radars pour choisir l’altitude, la vitesse et la direction du vol. Ce type de roquettes existe déjà, nous sommes en train de travailler là-dessus», a enchéri le commandant de l’Armée de l’air russe.

Il avait antérieurement été annoncé que le bombardier PAK DA serait subsonique, mais le nouvel appareil devrait par contre être doté d’armes «hypersonique».

Comparaisons de régimes (Source:Wikipédia)

Le bombardier russe de 5e génération PAK DA pourrait remplacer trois types d’avions actuellement en service dans l’armée russe. «Il accomplira les missions qui sont actuellement assignées aux avions Tupolev Tu-160, Tu-95MS et Tu-22. Il sera équipé d’armes hypersoniques», a indiqué le général lors d’une conférence de presse au Salon aérospatial international MAKS-2013 à Joukovski, dans la région de Moscou.

D’ici là, les bombardiers datant de l’époque de la guerre froide continueront à nous donner du soucis. Parmi eux, bien sûr, les Tupolev Tu-95 qui nous ont si «gentiment rendu visite il y a peu de temps, des bombardiers lourd soviétiques développés dans les années 1950, mais encore en «pleine forme» Ce bombardier avait été appelé Tu-20 par l’aviation soviétique et Tu-95, mais nous le connaissons mieux sous la dénomination occidentale Tupolev Tu-95 Bear («ours» en anglais), son nom de code OTAN.

Lors des dernières incursions d’appareils russes dans ou autour de notre zone de défense aérienne, on a eu droit à la visite des versions Bear F et H du bombardier.

Le Bear F (Tu-142) est la version maritime pour la surveillance côtière et la neutralisation des sous-marins, alors que le Bear H (Tu-95MS/Tu-95MS6/Tu-95MS16), lui, n’arrive jamais les mains vides lorsqu’il vient nous voir: il peut emporter jusqu’à seize missiles avec lui.

Des Tupolev en patrouille (courtoisie de RIA Novosti)

Et il y a encore le Tupolev Tu-22 (code OTAN Blinder), un autre bombardier supersonique soviétique qui se décline aussi en plusieurs versions: Tu-22K version de bombardement (bombes et missiles), Tu-22R version de reconnaissance, Tu-22U version d’entraînement et Tu-22P version de guerre électronique avec une nacelle de brouilleurs actifs à la place de la tourelle de queue.

Et, finalement, le Tu-160,un bombardier lourd supersonique soviétique construit par le bureau d’étude Tupolev pendant la guerre froide pour l’arsenal nucléaire de la Russie et dont l’histoire est assez amusante.

Ironie du sort, après l’éclatement de l’URSS, ces avions devinrent ukrainiens bien qu’en 1999 un échange se fît entre la Russie et l’Ukraine qui donna alors 8 de ses appareils pour rembourser sa dette. L’Ukraine, ayant officiellement renoncé aux armes nucléaires, a détruit les autres « Blackjacks » en sa possession dont le dernier en février 2001.

Ses ailes sont à géométrie variable. Sa masse maximale au décollage en fait le plus gros avion supersonique au monde…et il décolle plus vite qu’une «sanction économique européenne».

1 COMMENT

Comments are closed.