Menacé par l’État islamique, un imam canadien se met en grève de la faim

L'imam Syed Soharwardy s'élève contre l'État islamique. (Prof. Imam Syed Soharwardy/Facebook)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
L'imam Syed Soharwardy s'élève contre l'État islamique. (Prof. Imam Syed Soharwardy/Facebook)
L’imam Syed Soharwardy s’élève contre l’État islamique. (Prof. Imam Syed Soharwardy/Facebook)

Un imam de Calgary connu pour prôner le pacifisme dans ses prêches a réagit au meurtre horrible du journaliste américain, James Wright Foley, en entamant, dès vendredi, une grève de la faim de près de 48 heures.

«Je veux que tout le monde sache que l’EIIL [État islamique en Irak et au Levant, l’autre nom de l’État islamique] ne fait pas partie de la communauté musulmane», martèle Syed Soharwardy.

«L’EIIL utilise l’islam pour détruire la paix et créer une mauvaise image de l’islam. Ce sont des terroristes et ils doivent être punis», s’indigne l’homme.

La semaine dernière, un jeune homme de Calgary, qui est apparu dans une vidéo de l’EI il y a quatre mois, a perdu la vie au combat en Irak, selon plusieurs reportages de médias sociaux en Irak.

Farah Mohamed Shirdon avait été filmé pendant qu’il brûlait son passeport canadien. Il faisait partie d’une vingtaine d’Albertains à s’être joints au groupe extrémiste depuis deux ans.

Syed Soharwardy, fondateur du Conseil Suprême Islamique du Canada et de Musulmans contre le terrorisme, a raconté à la télévision publique CBC avoir été contacté sur Facebook par un musulman originaire d’Ottawa disant combattre actuellement à Mossoul, ville du nord de l’Irak sous contrôle de l’EI.

«Il a condamné ma condamnation de l’EIIL et disait: ‘tu es un imam déviant et ta version de l’islam n’est pas la bonne’», a relaté M. Soharwardy, qui craint aussi que des jeunes radicalisés suivent l’exemple de Farah Mohamed Shirdon.

«Le gouvernement a fait très peu pour arrêter cela», a accusé l’imam, appelant à un sursaut collectif: «Ces gens (de l’EI, ndlr) sont en train de laver le cerveau d’autres personnes, ici, dans ce pays!».

En février, et après un rapport 2011-2013, le Service canadien du renseignement de sécurité évaluait à 130 le nombre de Canadiens partis rejoindre des organisations terroristes à l’étranger.

Sa grève de la faim prendra fin dimanche à 17h.