Nucléaire: les nouvelles sanctions américaines sapent la confiance de l’Iran

Le président iranien Hassan Rohani à Ankara en Turquie le 10 juin 2014 (Adem Altan/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le président iranien Hassan Rohani à Ankara en Turquie le 10 juin 2014 (Adem Altan/AFP)
Le président iranien Hassan Rohani à Ankara en Turquie le 10 juin 2014 (Adem Altan/AFP)

« Les nouvelles sanctions américaines contre l’Iran renforcent la méfiance de l’Iran », a déclaré ce samedi 30 août le président iranien Hassan Rohani à la télévision d’État iranienne, affirmant toutefois vouloir poursuivre avec l’Occident les négociations sur le controversé programme nucléaire iranien.

Vendredi, les États-Unis ont imposé de nouvelles sanctions contre plus de 25 entités et entreprises ainsi que des individus accusés de favoriser le programme nucléaire de Téhéran, dont les pays occidentaux mettent en doute les fins pacifiques, et de soutenir le « terrorisme ».

« Les Iraniens n’ont aucune confiance dans les États-Unis […], l’action (les nouvelles sanctions, ndlr) des Américains renforce cette méfiance. Les nouvelles sanctions sont contraires aux engagements [mutuels] et à l’accord nucléaire de Genève », a déclaré le président iranien.

« Certaines sanctions comme celles contre les médicaments ou les produits alimentaires sont des crimes contre l’humanité », a même estimé Hassan Rohani.

« Nous combattons et contournons » les sanctions imposées à l’Iran, a lancé Rohani, pourtant l’instigateur et le plus farouche partisan des négociations avec l’Occident.

Le président iranien a toutefois affirmé que l’Iran poursuivrait les négociations nucléaires, qu’il a qualifiées de « compliquées », avec le groupe 5+1 (États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne), faisant état de « trois ou quatre questions difficiles ».

Ces négociations doivent reprendre la semaine prochaine avec une rencontre entre le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, et la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton et se poursuivre en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York en septembre.

L’Iran et le groupe 5+1 qui ont conclu en novembre 2013 un accord intérimaire, mènent actuellement des négociations pour aboutir à un accord définitif afin de régler la crise du nucléaire iranien qui empoisonne la communauté internationale depuis plus de dix ans.

En juillet, ils ont décidé de prolonger pour une nouvelle période de quatre mois les négociations.