Présidentielle afghane: Abdullah rejettera les résultats de l’audit

Le candidat à la présidentielle afghane Abdullah Abdullah, le 26 avril 2014 à Kaboul (Archives/Wakil Kohsar/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le candidat à la présidentielle afghane Abdullah Abdullah, le 26 avril 2014 à Kaboul (Archives/Wakil Kohsar/AFP)
Le candidat à la présidentielle afghane Abdullah Abdullah, le 26 avril 2014 à Kaboul (Archives/Wakil Kohsar/AFP)

Le candidat à la présidentielle afghane Abdullah Abdullah rejettera tout résultat issu de l’audit du deuxième tour du 14 juin, aggravant ainsi la crise politique à une semaine de la date butoir pour l’investiture du successeur d’Hamid Karzaï.

Sans équivoque, un porte-parole de M. Abdullah, Muslim Saadat, a précisé mercredi à l’AFP la position de son équipe: Nous allons être en dehors du processus et tout résultat qui découlera de ce processus ne sera pas acceptable pour M. Abdullah.

M. Saadat a indiqué toutefois, sans autre précision, que des discussions continuaient sur le plan politique, vraisemblablement avec l’équipe adverse du candidat Ashraf Ghani.

M. Abdullah, à l’origine des accusations de fraude dans l’élection afghane, a boycotté plusieurs fois le processus. Il exige que ses critères d’élimination des votes frauduleux soient pris en compte. Et mercredi, son équipe ne s’est pas montrée à la commission électorale indépendante (IEC) à Kaboul à l’audit des 8,1 millions de voix du deuxième tour du 14 juin, sous l’égide l’ONU.

L’adjoint au représentant de la mission des Nations unies en Afghanistan (Unama) Nicholas Haysom a confirmé mercredi après-midi lors d’un point presse que M. Abdullah avait choisi de se retirer de l’audit, en qualifiant ce geste de regrettable.

Devant la situation, M. Haysom a précisé que, pour plus d’équité, dans le processus, l’équipe de M. Ghani a aussi accepté de se retirer du processus d’audit à la demande de l’ONU.

Interrompu mercredi matin, l’audit a repris dans l’après-midi et va maintenant se poursuivre sans la participation physique des représentants des deux campagnes, a affirmé M. Haysom.