Santé mentale: un militaire sur six à un trouble mental ou problème d’alcool

0

Résultats inquiétants selon Statistiques Canada qui vient de publier une «Enquête sur la santé mentale dans les Forces canadiennes (2013)», pas moins de un militaire sur six à un problème mental ou un problème lié à l’alcool.

En 2013, environ un membre régulier à temps plein des Forces canadiennes sur six a déclaré éprouver, au cours des 12 mois précédents, des symptômes correspondant à au moins un des six troubles mentaux ou des problèmes d’alcool visés par l’enquête. Les six troubles et problèmes mesurés dans le cadre de l’Enquête sur la santé mentale dans les Forces canadiennes étaient: un épisode dépressif majeur, le trouble de stress post-traumatique, le trouble d’anxiété généralisée, le trouble panique, l’abus d’alcool ainsi que la dépendance à l’alcool.

Pour le major à la retraite Dave Blackburn, docteur en sociologie de la santé et est présentement professeur à l’Université du Québec en Outaouais, même si ces résultats sont en soi inquiétant, «ce ne sont que des chiffres préliminaires», qui n’incluent pas bien d’autres problèmes, dont les violences conjugales et bien entendu les suicides.

Dans ces premiers chiffres donc, l’épisode dépressif majeur était le type le plus fréquent de trouble, 8,0 % des membres réguliers à temps plein des Forces canadiennes satisfaisant aux critères de ce trouble au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête.

En 2013, 5,3 % des membres réguliers à temps plein des Forces canadiennes ont déclaré des symptômes correspondant au trouble de stress post-traumatique au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête, alors que 4,7 % ont déclaré avoir éprouvé des symptômes correspondant au trouble d’anxiété généralisée et 3,4 %, des symptômes correspondant au trouble panique.

En 2013, 4,5 % des membres réguliers à temps plein des Forces canadiennes visés par l’enquête répondaient aux critères correspondant à l’abus d’alcool ou à la dépendance à l’alcool au cours des 12 mois ayant précédé l’enquête. Dans l’ensemble, 2,5 % des membres réguliers des Forces canadiennes ont déclaré des symptômes correspondant à l’abus d’alcool, et 2,0 %, à la dépendance à l’alcool.

«La suite promet d’être très intéressante», estime le professeur Blackburn, qui à hâte de voir les chiffres qui seront publiés plus tard sur les autres problèmes. Mais là encore, un vide restera toujours présent: qu’en est-il des vétérans? Qu’en est-il des réservistes?

Libéré volontairement en 2014 avec le rang de major, Dave Blackburn est actuel candidat conservateur dans la circonscription de Pontiac aux élections fédérales de 2019, docteur en sociologie de la santé et professeur régulier à l’Université du Québec en Outaouais (UQO) où le champ de la santé mentale et les Forces armées canadiennes figure dans ses domaines de recherche.

Les commentaires sont fermés.