À la Conférence de Paris, le ministre Baird annonce l’envoi d’armes et de munitions aux Kurdes irakiens

Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, participait lundi 15 septembre 2014 à la Conférence internationale sur la paix et la sécurité en Iraq, coprésidée par les présidents français et irakien François Hollande et Fouad Massoum,(Service de presse de l'Élysée)
Temps de lecture estimé : 4 minutes
Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, participait lundi 15 septembre 2014 à la Conférence internationale sur la paix et la sécurité en Iraq, coprésidée par les présidents français et irakien François Hollande et Fouad Massoum,(Service de presse de l'Élysée)
Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, participait lundi 15 septembre 2014 à la Conférence internationale sur la paix et la sécurité en Iraq, coprésidée par les présidents français et irakien François Hollande et Fouad Massoum.(Service de presse de l’Élysée)

Le ministre des Affaires étrangères canadien John Baird, qui participait ce lundi 15 septembre à la Conférence internationale sur la paix et la sécurité en Iraq, coprésidée par les présidents français et irakien François Hollande et Fouad Massoum, a annoncé l’envoi par le Canada d’armes et de munitions aux Kurdes irakiens.

Des avions militaires canadiens s’envoleront de la République tchèque pour fournir armes et munitions aux combattants kurdes dans le nord de l’Irak.

Le ministre Baird, appelant à une réponse concertée et forte aux djihadistes de l’État islamique, a aussi déclaré qu’il reste encore beaucoup à faire pour arrêter le flux de combattants étrangers dans le conflit au Moyen-Orient.

«Cette conférence tenue à Paris a réuni des dirigeants du monde entier qui tiennent à se concerter pour lutter contre le soi-disant État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL) et ses actes odieux», a déclaré le ministre canadien.

«Après avoir été témoin récemment du mal causé par l’EIIL en Iraq, je continue de condamner ce groupe terroriste, qui a perverti le message de paix de l’Islam et assassiné des milliers de personnes innocentes en son nom, a affirmé le ministre Baird. Ce groupe paria continue de violer de façon systématique toutes les valeurs que chérissent les Canadiens.», a déclaré John Baird.

Le Canada aide déjà à acheminer des fournitures militaires aux forces de sécurité iraquiennes qui combattent l’EIIL et a envoyé des conseillers militaires pour appuyer ces forces.

Lors de la conférence aujourd’hui, dit le communiqué du ministère canadien des Affaires étrangères à ce sujet, le ministre Baird a aussi exhorté la communauté internationale à adopter une réponse concertée pour faire échec «à ces attaques si barbares et si brutales».

«Nous ne pouvons adopter une position ambiguë à l’égard d’une telle menace, a précisé le ministre Baird. «Aucun pays ne peut à lui seul régler ce problème. Nous devons travailler ensemble et mettre en œuvre les forces et les capacités de chacun de nous. Nous devons nous solidariser pour éliminer cette menace.»

Juisqu’ici, le Canada a déjà consacré une dizaine de millions $ à de l’aide non létale en matière de sécurité pour l’acquisition d’équipement comme des casques, des gilets pare-balles et des véhicules de soutien logistique afin d’aider les forces de sécurité en Iraq à combattre l’État islamique, et une somme de 5 millions de dollars est destinée à soutenir les efforts régionaux visant à perturber le mouvement des combattants étrangers en Iraq et en Syrie.

En outre, le premier ministre Stephen Harper a annoncé récemment que le Canada se joindrait à une vaste coalition internationale contre l’État islamique en déployant plusieurs douzaines de membres des Forces armées canadiennes pour conseiller et assister les forces irakiennes, y compris les forces kurdes peshmerga, dans leur lutte contre l’EIIL.

De plus, l’Aviation royale du Canada a acheminé jusqu’à maintenant près de 226 800 kilogrammes de fournitures militaires données par les alliés du Canada aux forces de sécurité irakiennes.

Début du pont aérien le 18 septembre

Dans le cadre de l’Opération IMPACT, la Force opérationnelle aérienne du Canada en Irak entreprendra donc à compter du 18 septembre des opérations à partir de la République tchèque, qui consisteront à livrer en Irak des munitions pour armes légères fabriquées en Europe de l’Est, dans le but d’aider les forces de sécurité irakiennes à protéger les civils contre la menace terroriste présentée par l’État islamique de l’Irak et du Levant (EIIL), précise de son côté le ministère canadien de la Défense.

Les Forces armées canadiennes n’en continueront pas moins de participer à des opérations de transport aérien exécutées à partir de l’Albanie dans le cadre d’un effort multinational auquel contribuent également les États-Unis et le Royaume-Uni, et qui vise à assurer une protection efficace aux Irakiens qui font face aux attaques de l’État islamique.

Pour mémoire, la Force opérationnelle aérienne du Canada en Irak comprend :

  • un avion-cargo CC-130J Hercules;
  • un aéronef de transport CC-177 Globemaster III;
  • et un effectif d’environ 100 membres des FAC, qui regroupe des membres d’équipage d’aéronef, des techniciens et des spécialistes de la logistique

Le Commandement des opérations interarmées du Canada est , suivant les directives reçues du gouvernement du Canada.

«Ces opérations de transport aérien traduisent l’engagement continu des Forces armées canadiennes à l’égard de cette mission multinationale, et elles illustrent notre détermination à soutenir nos alliés et à contribuer de façon positive à la sécurité internationale.», a déclaré de son côté le Lieutenant-général Jonathan Vance, commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada.

L’Opération IMPACT (sous la responsabilité. du Commandement des opérations interarmées du Canada, l’organe opérationnel des Forces armées canadiennes [COIC], chargé d’exécuter des opérations militaires partout dans le mondes) s’ajoute à l’aide humanitaire que le Canada apporte déjà à l’Irak.

Prochain rendez-vous: Conseil de sécurité, vendredi

À la Conférence, où les contours de la coalition internationale contre l’État islamique devaient être dessinés, la communauté internationale a promis de soutenir «par tous les moyens nécessaires», y compris militaires, la lutte de Bagdad contre les djihadistes de l’État islamique (EI) en soulignant «l’urgence» qu’il y a à les déloger du nord du pays, mais sans pour autant dévoiler son plan et annoncer de mesures concrètes pour le moment.

Même, si les participants à la coalition n’ont pas fourni tous les détails de leur riposte face à l’État islamique, «Il s’agit de bien plus que juste des frappes. Un grand nombre de pays ont offert leur participation, et cela va de pays européens à des pays hors Europe, des pays de la région (moyen-orientale) ou extérieurs à la région», a souligné pour sa part le Secrétaire d’État américain John Kerry.

«Une conférence, c’est comme une grand-messe, un moment nécessaire de rassemblement et d’écoute, le but était de se mettre d’accord sur un message politique fort à destination du nouveau gouvernement irakien, de se mettre en ordre de combat», a commenté de son côté une source diplomatique française, dont l’AFP rapportait les paroles ce matin et pour qui le prochain rendez-vous important sera la réunion, consacrée à l’Irak, du Conseil de sécurité au niveau ministériel vendredi prochain à New York.