Afghanistan: 13 morts dans une attaque des talibans contre des bureaux des services de renseignements

Un policier afghan dans les bureaux des services de renseignements détruits par une attaque des talibans, le 4 septembre 2014 dans la province de Ghazni (Rahmatullah Alizadah/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un policier afghan dans les bureaux des services de renseignements détruits par une attaque des talibans, le 4 septembre 2014 dans la province de Ghazni (Rahmatullah Alizadah/AFP)
Un policier afghan dans les bureaux des services de renseignements détruits par une attaque des talibans, le 4 septembre 2014 dans la province de Ghazni (Rahmatullah Alizadah/AFP)

Une attaque des talibans contre les bureaux des services de renseignements afghans (NDS) dans le centre du pays a fait au moins 13 morts ce jeudi 4 septembre au sein des forces afghanes et une soixantaine de blessés, incluant des civils, rapporte l’AFP.

Près d’une vingtaine d’insurgés équipés d’armes automatiques et de lance-roquettes ont aussi été tués lors de cet assaut contre les installations du NDS dans la province de Ghazni, l’une des plus instables d’Afghanistan, rapporte l’agence de presse.

Cette attaque survient à quatre mois du retrait des soldats de l’OTAN et au moment où le pays nage en pleine crise politique sur l’identité du successeur de Hamid Karzaï à la tête de l’Etat, les deux prétendants Ashraf Ghani et Abdullah Abdullah ne s’entendant pas sur le résultat des élections et la composition d’un gouvernement d’union nationale.

Les talibans, qui ont revendiqué cet attaque, ont fait exploser tôt jeudi un camion bourré d’explosifs à l’entrée du bâtiment des services de renseignement, puis ouvert le feu. « Après trois heures de combat, les forces de sécurité ont tué les 19 assaillants », a déclaré Assadullah Ensafi, numéro deux de la police de Ghazni, cité par l’AFP.

En outre, environ 60 personnes, dont de nombreux civils, ont été soignées à l’hôpital de Ghazni, selon des sources hospitalières faisant état d’une quinzaine de blessés dans un état critique.

Le retrait d’Afghanistan des troupes de combat de l’Otan, après treize années de présence, doit être discuté au sommet de l’Alliance qui s’ouvrait jeudi à Newport, au Royaume-Uni et où s’est tenue avant la réunion une cérémonie en l’honneur des militaires qui ont servi au sein de la Force d’assistance et de sécurité (ISAF) de l’OTAN.

*Avec AFP