La compétition internationale de tir aux armes légères des Forces armées canadienne commence

La Compétition de tir aux armes légères qui a lieu tous les ans au Parc Connaught d'Ottawa, réunit des équipes es équipes des FAC, de la GRC, du R-U, des É-U et des Pays-Bas (adjudant-maître Greg Snyder, Forces armées canadiennes)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
La Compétition de tir aux armes légères  qui a lieu tous les ans au Parc Connaught d'Ottawa, réunit des équipes es équipes des FAC, de la GRC, du R-U, des É-U et des  Pays-Bas  (adjudant-maître  Greg Snyder, Forces armées canadiennes)
La Compétition de tir aux armes légères qui a lieu tous les ans au Parc Connaught d’Ottawa, réunit des équipes es équipes des FAC, de la GRC, du R-U, des É-U et des Pays-Bas (adjudant-maître Greg Snyder, Forces armées canadiennes)

La compétition de tir aux armes légères des Forces armées canadiennes (CTALFAC), un événement de tir international, commence ce lundi au Polygone de Connaught se poursuivra jusqu’au 20 septembre 2014.

Cette compétition, organisé par l’Armée canadienne au nom du Chef d’état-major de la Défense a été conçu pour améliorer l’adresse au tir des participants sur différents champs de tir standards et dynamiques.

Plus de 550 tireurs et membres du personnel de soutien participeront à la compétition, qui a lieu chaque année, avec des équipes représentant des unités de la Force régulière et de la Première réserve, les Groupes de patrouilles des Rangers canadiens, de nombreuses forces policières canadiennes, ainsi que des équipes internationales des Pays-Bas, du Royaume-Uni et des États-Unis.

L’adresse au tir aux armes légères s’inscrit dans les compétences fondamentales des soldats et du personnel chargé de l’application de la loi. La CTALFAC offre aux Forces armées canadiennes, aux forces policières participantes et aux armées alliées l’occasion d’améliorer leurs habiletés au tir.

«La Compétition de tir aux armes légères des Forces armées canadiennes est conçue pour permettre d’améliorer l’adresse au tir des armes légères; il s’agit d’une compétition nationale qui favorise l’établissement d’un cadre d’experts crédibles dans le domaine de l’adresse au tir. Ces compétences de base sont essentielles aux membres des Forces armées canadiennes et constituent la base pour avoir une armée bien dirigée, bien préparée et bien entraînée», a expliqué pour sa part le Major-général Jean-Marc Lanthier, commandant du Centre de doctrine et d’instruction de l’Armée canadienne.

Fin août, 45eNord.ca avait été voir les Rangers qui s’entraînaient à Valcartier, dans la région de Québec, en vue de cette compétition annuelle.

L’épreuve pratiquée alors avait été l’épreuve 13, Vimy, une épreuve de tir rapide et de tir instinctif au fusil réglementaire de 52 coups, en cinq étapes, durant laquelle les tireurs tirent aussi instinctivement contre des cibles mobiles; l’épreuve comprend deux courses aux cibles situées à des distances de 300, de 200 et de 100 mètres.

Rencontré à cette occasion, le caporal-chef Jean-Marie Beaulne, de la communauté de Puvirnituq, trois fois Meilleur tireur d’élite national des Rangers (2011, 2012, 2013), soulignait l’importance des épreuves de cette compétition. «Il y a beaucoup de chasse chez nous et le fusil c’est un outil de vie. Mais avant que je rentre dans l’équipe [de tir, ndlr], je pensais que le fusil, c’est un fusil ou tu tire et t’essayes de pogner l’animal. Mais j’ai réalisé que c’est en fait tout un art.»

«La Compétition de tir aux armes légères est essentielle puisqu’elle offre au personnel militaire une occasion de mettre à l’essai et de perfectionner leurs habiletés fondamentales de soldat, leur aptitude au combat et leur adresse au tir», concluait pour sa part le Lieutenant-général Marquis Hainse, commandant de l’Armée canadienne