L’astronaute canadien Jeremy Hansen, explorateur en chef de la mission sous-marine de la NASA

Lors de la mission sous-marine NEEMO de la NASA, les membres de l’équipage vivent à bord d’Aquarius, le laboratoire sous-marin du National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) (photo tirée du compte Twitter de Jeremy Hansen)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Lors de la mission sous-marine NEEMO de la NASA, les membres de l’équipage vivent à bord d’Aquarius, le laboratoire sous-marin du National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) (photo tirée du compte Twitter de Jeremy Hansen)
Lors de la mission sous-marine NEEMO de la NASA, les membres de l’équipage vivent à bord d’Aquarius, le laboratoire sous-marin du National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) (photo tirée du compte Twitter de Jeremy Hansen)

C’est l’astronaute de l’Agence spatiale canadienne Jeremy Hansen, dont 45eNord.ca avait déjà annoncé la participation en juin dernier à la mission NEEMO 19, qui sera l’explorateur en chef de la mission sous-marine de la NASA.

Et c’est aujourd’hui, annonce l’Agence spatiale canadienne (ASC), que Jeremy Hansen plonge en direction de l’habitat sous-marin Aquarius. Il y demeurera et travaillera pendant sept jours en tant que membre de l’équipage international d’aquanautes de la mission NEEMO 19 (NASA Extreme Environment Mission Operations).

Et la première journée s’annonce bien remplie: après avoir plongé et rejoint Aquarius en 20 minutes, pratique des procédures d’urgence et deux «marches dans l’espace.

Lors de la mission, les membres de l’équipage vivent à bord d’Aquarius, le laboratoire sous-marin du National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), et simulent des sorties extravéhiculaires pour réaliser des travaux de recherche et des exercices se rapportant aux objectifs de la mission.

Aquarius, qui se trouve à 19 mètres sous la surface de l’eau, à 5,6 kilomètres au large de Key Largo dans les Keys de la Floride a une taille semblable à celle des modules de la station et présente des conditions analogues comparables à celles de l’exploration spatiale.

En tant qu’explorateur en chef, c’est l’astronaute canadien qui dirigera l’équipage lors de la planification des activités extravéhiculaires (EVA) et des sorties «spatiales».

Ces sorties simulent les difficultés que posent les retards de transmission des communications entre le personnel au sol et l’équipage d’astronautes dans des conditions extrêmes, semblables à celles de l’espace. Pendant ces activités de simulation de sortie spatiale, l’équipage mettra des concepts d’exploration à l’essai et évaluera des outils et des techniques à diverses pesanteurs, dont celle d’un astéroïde, des lunes de Mars et de la planète Mars.

En 2010, un autre astronaute canadien célèbre, Chris Hadfield, avait agi à titre de commandant de NEEMO 14.

Les lecteurs de 45eNord.ca connaissent bien Jeremy Hansen qui avait exploré des cratères d’impact dans l’extrême Arctique en juillet 2013 pour apprendre les processus liés à la formation des cratères d’impact ainsi que les différentes méthodes et techniques de géologie qui pourraient être mises en pratique dans des missions futures sur la Lune ou sur un astéroïde.

L’astronaute canadien et pilote de chasse canadien avait aussi en septembre 2013 vécu et travaillé dans des cavernes sous terre dans des dans le cadre d’un programme d’entraînement de six jours en Italie visant à préparer les astronautes à travailler de manière efficace et sécuritaire et à résoudre des problèmes en tant qu’équipe multiculturelle lors de l’exploration de territoires non cartographiés.