Le cheikh d’Al-Azhar qualifie à son tour de criminels les djihadistes de l’État islamique

Ahmed al-Tayeb, le cheikh d'Al-Azhar en Égypte, l'une des plus prestigieuses institutions de l'islam sunnite (Wiki)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Ahmed al-Tayeb, le cheikh d'Al-Azhar en Égypte, l'une des plus prestigieuses institutions de l'islam sunnite (Wiki)
Ahmed al-Tayeb, le cheikh d’Al-Azhar en Égypte, l’une des plus prestigieuses institutions de l’islam sunnite (Wiki)

Tous contre l’État islamique! Après le Grand mufti d’Arabie saoudite, le cheikh d’Al-Azhar en Égypte, l’une des plus prestigieuses institutions de l’islam sunnite, a condamné à son tour ce lundi 8 septembre les djihadistes de l’État islamique (EI), les qualifiant de criminels qui souillent l’image de l’islam et des musulmans.
—-
Mise à jour au 08/09/2014 à 19h10

Le Parlement irakien a approuvé lundi le gouvernement de Haïdar Al-Abadi en accordant au Premier ministre un délai pour désigner deux des ministres qui seront à la pointe de la lutte face à l’État islamique, contre qui une quarantaine de pays vont se mobiliser.

Le nouveau Premier ministre a demandé une semaine pour pourvoir certains portefeuilles-clés, notamment ceux de la Défense et de l’Intérieur, postes qu’il occupera lui-même à titre intérimaire.

—-

Ces déclarations du cheikh Ahmed al-Tayeb interviennent un jour après que le Grand mufti d’Arabie saoudite a autorisé dorénavant les musulmans à tuer les combattants de l’État islamique (EI), des musulmans comme eux, mais qui font du mal à leurs coreligionnaires et à la religion elle-même selon le haut dignitaire religieux et que les pays arabes réunis au Caire ont convenus de faire face au groupe djihadiste sunnite qui a déclaré un califat islamique sur les territoires qu’il contrôle en Irak et en Syrie.

«Ces criminels souillent l’image de l’islam et des musulmans dans le monde de manière alarmante», a indiqué à son tour le cheikh Tayeb.

«Ces groupes terroristes fondamentalistes, quels que soient leurs noms, ainsi que leurs soutiens, sont des créations coloniales qui servent le sionisme dans son complot visant à détruire le monde arabe», a-t-il ajouté.

L’État islamique, réputé pour ses ambitions hégémoniques et pour sa cruauté, aura réussi à faire l’unanimité contre lui et, avec le sursaut d’indignation provoqué par l’exécution barbare de deux journalistes américains que le groupe détenaient en otages, la communauté internationale s’est mobilisé contre lui.

Devant la progression de l’EI dans le nord irakien, les États-Unis ont commencé à mener le 8 août des raids aériens contre ses positions, en appui aux forces kurdes et fédérales irakiennes.

Pendant que se bâtit une coalition internationale pour lutter contre l’État islamique, les forces militaires américaines continuent donc d’attaquer l’État islamique en Irak en utilisant un mélange d’attaques de chasseurs et d’avions avions téléguidés.

Fin août, les monarchies du Golfe s’étaient déclarées prêtes à agir elles aussi contre les menaces de l’État islamique, mais veulent plus de détails sur ce que Washington pourrait leur demander dans le cadre d’une coalition pour combattre les djihadistes en Syrie et en Irak.

Finalement, dimanche, le président américain Barack Obama a annoncé qu’il présenterait dans un discours mercredi son «plan d’action» contre l’État islamique (EI).

Bien que prévoyant pas l’envoi de troupes au sol les États-unis entendent «faire partie d’une coalition internationale en menant des frappes aériennes en soutien au travail sur le terrain par les troupes irakiennes et kurdes», a dit le chef de la Maison-Blanche, martelant «Nous allons les affaiblir. Nous allons réduire la taille du territoire qu’ils contrôlent. Et, en fin de compte, nous les vaincrons».