Le Premier ministre Harper souligne la conclusion du Sommet 2014 de l’OTAN

Le Premier ministre canadien Stephen Harper à la conférence de presse cloturant le Sommet 2014 de l'OTAN qui s'est tenu au Pays de Galles les 4 et 5 septembre (photo tirée du compte Twitter Stephen Harper)
Temps de lecture estimé : 6 minutes

Le Premier ministre Stephen Harper a souligné aujourd’hui la conclusion d’un Sommet 2014 de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), fructueux, qui s’est tenu à Newport et à Cardiff (Pays de Galles), au Royaume-Uni, du 4 au 5 septembre. Le Sommet s’inscrivait dans le cadre d’une visite plus générale au R.-U., au cours de laquelle le Premier ministre a participé à un programme bilatéral, ainsi qu’à une mission commerciale canadienne, à Londres.

Pendant le Sommet, le Premier ministre Harper s’est joint aux dirigeants des 28 pays membres, ainsi qu’à un certain nombre de pays partenaires non membres de l’OTAN et d’organisations internationales, pour discuter de grandes questions se posant à l’Alliance et à ses partenaires. En considérant le rôle vital de l’OTAN, les dirigeants ont souligné à quel point il importait que l’Alliance dispose de la capacité nécessaire, qu’elle soit prête et solidaire, pour assurer notre sécurité et améliorer la stabilité dans un monde imprévisible.

Les discussions ont porté sur la réaction de l’OTAN aux actes d’agression militaire posés par la Russie en Ukraine, sur la poursuite de la relation entre l’Alliance et l’Afghanistan après 2014, ainsi que sur la situation mondiale en matière de sécurité, y compris sur les actes barbares et les visées expansionnistes de l’État islamique de l’Irak et du Levant (EIIL), qui déstabilisent davantage la région et menacent la paix et la sécurité mondiales. Les résultats du Sommet sont énoncés dans la Déclaration du Sommet du Pays de Galles.

Le Premier ministre a aussi rencontré le prochain secrétaire-général de l’OTAN, Jens Stoltenberg. Lors de leur rencontre, il a fait valoir les contributions du Canada à l’Alliance, notamment son rôle de leadership dès le début de la crise en Ukraine, ainsi que sa détermination soutenue à ce que l’OTAN reste moderne, souple et prête à affronter les défis du 21e siècle en matière de sécurité. Il a aussi souligné les contributions du Canada à la livraison d’approvisionnements militaires aux forces de sécurité qui combattent l’EIIL en Irak.

Finalement, en signe du soutien que porte continuellement le Canada à l’Alliance, le Premier ministre a eu l’occasion d’assister au survol par un appareil canadien CF 18, avec des aéronefs d’un certain nombre de pays alliés de l’OTAN. Les CF 18 canadiens sont actuellement stationnés en Lituanie de septembre à décembre 2014 pour participer à la mission de surveillance aérienne de l’OTAN destinée à promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité en Europe centrale et en Europe de l’Est.

Faits saillants

Le Canada est un membre fondateur de l’OTAN et il a beaucoup contribué aux opérations de l’Alliance depuis 65 ans. Le Canada a joué un rôle important en Afghanistan, en Libye, dans les Balkans et en mer, et il continue à offrir des capacités modernes de déploiement aux missions alliées, ainsi que du personnel très bien formé pour la structure de commandement de l’OTAN.

Le Canada a pris les devants de la communauté internationale pour réagir à la situation en Ukraine et il rassure les alliés de l’OTAN en fournissant des aéronefs, un navire et des soldats, de manière à favoriser la sécurité et la stabilité en Europe de l’Est et en Europe centrale.

Le Canada fournit aussi plus de 250 millions de dollars en soutien à l’Ukraine pendant la crise actuelle, pour aider à mettre en œuvre des réformes essentielles et pour stabiliser son économie. Il a imposé des sanctions contre plus de 180 individus ou entités de Russie ou d’Ukraine. De plus, le Canada continue à former le personnel militaire ou civil ukrainien dans le cadre du Programme d’instruction et de coopération militaires, et il a contribué à l’assistance non létale en matière de sécurité accordée à l’Ukraine.

Le 4 septembre 2014, le Premier ministre Harper a annoncé un soutien qui sera versé par l’entremise du Fonds de fiducie de l’OTAN. Ce soutien sera axé sur le renforcement des capacités de l’Ukraine en matière de commandement, de contrôle, de communications et d’informatique et il aidera à améliorer les systèmes de gestion du personnel et à réformer le soutien logistique et la normalisation au sein des forces armées.

De plus, trois centres d’excellence de l’OTAN dans la région des pays baltes – pour la cybersécurité, la sécurité énergétique et les communications stratégiques – recevront chacun un soutien pour aider les pays baltes à renforcer leur cadre régional pour répondre à la situation de crise.

Le 5 septembre 2014, le Premier ministre Harper a annoncé le déploiement de plusieurs douzaines de membres des Forces armées canadiennes en Iraq.
Citation

«Le Sommet du Pays de Galles a démontré la force de l’Alliance et notre engagement commun envers les valeurs que sont la liberté, la démocratie, le respect des droits de la personne et de la primauté du droit. À titre d’un des membres fondateurs de l’OTAN et des importants contributeurs alliés, le Canada continuera à défendre ces valeurs et à fournir des ressources pour la réalisation de la mission et des objectifs de l’OTAN. Plus particulièrement, nous restons inébranlables pour ce qui est de notre engagement à travailler avec nos alliés de l’OTAN à favoriser la stabilité et la sécurité en Europe centrale et en Europe de l’Est, particulièrement en Ukraine», a déclaré le Premier ministre Stephen Harper.

——-

Le compte-rendu de 45eNord.ca du Sommet 2014 de l’OTAN ici: L’OTAN appelée à jouer un rôle central dans le monde de «l’après crise ukrainienne» >>

——–

La Déclaration du Sommet du Pays de Galles

Résumé de la déclaration du Sommet du Pays de Galles (source: Prime Minister’s Office, 10 Downing Street)

  1. L’Alliance atlantique unit l’Amérique du Nord et l’Europe dans la défense de notre sécurité, de notre prospérité et de nos valeurs communes. Elle garantit la sécurité de ses membres au travers de la défense collective. Elle renforce la sécurité en Europe, et elle projette la stabilité plus loin encore grâce à la gestion de crise et à la sécurité coopérative, avec son faisceau de partenariats sans égal. Notre attachement à la défense de la liberté, des libertés individuelles, des droits de l’homme, de la démocratie et de l’état de droit rend notre communauté unique.

  2. Nos prédécesseurs se sont réunis en 1990 à Londres pour adapter l’Alliance atlantique à un nouvel environnement. Nous nous réunissons aujourd’hui au pays de Galles, à l’heure où notre conception d’une Europe libre, entière et en paix se heurte à de multiples difficultés. Nous sommes confrontés à de graves crises qui portent atteinte à la sécurité et à la stabilité à l’est et au sud des frontières de l’OTAN. Il s’agit notamment de l’« annexion » autoproclamée et illégale de la Crimée par la Russie, et des actes agressifs que la Russie continue de commettre dans d’autres parties de l’Ukraine, ainsi que de la propagation de la violence et de l’extrémisme en Afrique du Nord et au Moyen Orient.

  3. Aujourd’hui, nous avons donc pris les décisions nécessaires afin de préparer notre Alliance pour l’avenir. À cet effet, nous avons adopté un plan d’action « réactivité », qui vise à améliorer l’état de préparation opérationnelle et la capacité de réaction de l’OTAN, y compris sa posture. L’Alliance ne constitue une menace pour aucun pays. Mais si la sécurité de l’un des Alliés devait être menacée, nous agirions ensemble et de manière décisive, comme le prévoit l’article 5 du Traité de Washington.

  4. En conséquence, nous renforcerons les capacités militaires dont l’Alliance a besoin. Après deux décennies d’opérations intensives, les Alliés disposent désormais des forces les plus expérimentées, les plus compétentes et les plus interopérables de l’histoire de l’OTAN. Nous continuerons d’investir dans des forces armées modernes et déployables qui soient capables d’opérer efficacement ensemble et sur court préavis afin de remplir les tâches de l’OTAN, en respectant pleinement les principes de la Charte des Nations Unies et de l’Acte final d’Helsinki.

  5. Nous sommes conscients qu’il faudra pour cela fournir les efforts et les fonds nécessaires. Dès lors, nous convenons d’inverser la tendance à la baisse des budgets de défense et nous avons l’intention d’accroître les dépenses de défense en termes réels à mesure que le PIB augmentera. Nous orienterons nos budgets de défense de manière aussi efficace et efficiente que possible. Nous chercherons à nous rapprocher, dans les dix années à venir, des 2 % du PIB qu’il est recommandé de consacrer à la défense dans la directive OTAN, afin de répondre pleinement aux priorités capacitaires de l’OTAN. Nous montrerons la volonté politique de fournir les capacités requises et de déployer des forces lorsqu’elles seront nécessaires.

  6. Ces décisions permettront de resserrer encore le lien transatlantique, de renforcer la sécurité de tous les Alliés et de garantir une répartition plus équitable et plus équilibrée des dépenses et des responsabilités. Nous saluons les efforts que déploient les pays de l’OTAN et les États membres de l’UE pour renforcer leurs capacités de défense et, à cet égard, nous sommes favorables au maintien d’une étroite coopération et d’une grande complémentarité entre les deux organisations. Une défense européenne plus forte contribuera à une OTAN plus forte.

  7. Nous sommes conscients que notre sécurité et notre prospérité sont liées. Nos économies et notre prospérité ont besoin de sécurité. Et notre sécurité commune passe par des investissements, qui s’appuient sur des économies solides. Nous sortons de la récession forts d’une volonté renouvelée de promouvoir le libre-échange, la compétitivité et la croissance dans l’ensemble de la communauté transatlantique, y compris une plus grande coopération industrielle de défense en Europe et de part et d’autre de l’Atlantique.

  8. Notre vaste réseau de partenariats est de la plus haute importance pour notre stabilité et notre sécurité communes et pour la promotion de nos valeurs. Nous convenons de renforcer encore la coopération avec nos partenaires et de maintenir ouverte la porte de l’Alliance.

  9. Aujourd’hui, nous réaffirmons notre détermination constante et indéfectible à défendre les populations, le territoire, la souveraineté et les valeurs communes de tous les Alliés nord-américains et européens, et à répondre aux défis et aux menaces, d’où qu’ils puissent venir. Par les décisions que nous avons prises ici au pays de Galles, l’Alliance atlantique demeurera le fondement de notre défense collective.