L’État islamique décapite un troisième otage, le Britannique David Heines

David Haines, un Écossais de 44 ans, enlevé en mars 2013 en Syrie (capture d'écran)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
David Haines, un Écossais de 44 ans, enlevé en mars 2013 en Syrie (capture d'écran)
David Haines, un Écossais de 44 ans, enlevé en mars 2013 en Syrie (capture d’écran)

L’otage britannique David Haines aurait été décapité par l’État islamique (EI), confirme le site spécialisé américain SITE, qui surveille les activités des groupes extrémistes sur internet.
—–
Mise à jour au 14/09/2014 à 10h08

La vidéo dans laquelle l’État islamique (EI) revendique l’exécution par décapitation de l’otage David Haines est authentique, a annoncé dimanche le ministère britannique des Affaires étrangères.

—–
Mise à jour au 13/09/2014 à 22h00

Le président américain Barack Obama a exprimé samedi sa solidarité avec son allié britannique, après la décapitation de l’otage David Haines par l’État islamique (EI) en représailles de l’entrée du Royaume-Uni dans la coalition destinée à combattre ce groupe extrémiste jihadiste.

«Nous travaillerons avec le Royaume-Uni et une large coalition de nations de la région et du reste du monde pour amener les responsables de cet acte odieux devant la justice, et pour discréditer et anéantir cette menace pour les citoyens de nos pays, de la région et du monde», a déclaré le président américain.

—–

Après les journalistes James Foley le 20 août et Steven Sotloff le 2 septembre, c’est le troisième otage décapité par l’État Islamique ces trois dernières semaines.

La barbarie de ce groupe sanguinaire est pour beaucoup dans la décision du Président Obama de déclarer la guerre à l’État islamique, de l’affaiblir et de le détruire , annoncée le 11 septembre, jour anniversaire des attentats terroristes de 2001 qui avaient fait près de 3.000 morts aux États-Unis.

Haines, un Écossais de 44 ans, avait été enlevé en Syrie en mars 2013 et menacé dans une vidéo publiée plus tôt ce mois-ci mettant en scène la décapitation du deuxième otage américain, Steven Sotloff.

Le Britannique travaillait depuis 1999 dans l’humanitaire auprès des victimes de conflits, dans les Balkans, en Afrique ou au Moyen-Orient.

Il effectuait sa première mission pour l’ONG française Acted en tant que responsable logistique dans le camp de réfugiés d’Atmeh, un village syrien près de la frontière turque, quand il a été enlevé.

L’ONG était déclarée «profondément bouleversée» par les images diffusées alors, affirmant que menaces qui pesaient sur David Haines étaient «insupportables».

Le Premier ministre britannique David Cameron pour sa part a déclaré que cette acte était diabolique et que tout serait fait pour retrouver ces meurtriers et les traduire en justice, «peu importe le temps que ça prendra».

Et maintenant, dans son message vidéo à l’attention de l’Occident, le groupe radical ultra-violent, ne craignant pas d’épuiser son «réservoir» d’otages, menace désormais un autre travailleur humanitaire,le captif britannique, Allan Henning.

La vidéo

La vidéo n’est pas encore officiellement authentifiée, mais, comme dans le cas des vidéos montrant les exécutions de Foley et de Sotloff, cela ne devrait être qu’une question de quelques jours.

Dans cette vidéo publiée sous le titre «Un message aux alliés de l’Amérique» qu’on peut voir sur le site de SITE, mais que nous avons choisi de ne pas montrer ici, un homme qui s’identifie comme David Haines Cawthorne est agenouillé devant la caméra dans ce qui semble être une région éloignée du désert de Syrie

À côté de l’otage à genoux, un homme masqué habillé tout en noir, comme dans les vidéos des exécutions des journalistes américains.

La vidéo commence par un message de Haines au Premier ministre britannique David Cameron:

«Mon nom est David Cawthorne Haines. Je tiens à déclarer que je vous tiens, David Cameron, pour entièrement responsable de mon exécution. Vous êtes entré volontairement dans une coalition avec les Etats-Unis contre l’État islamique, tout comme votre prédécesseur Tony Blair a fait, suivant une tendance parmi nos premiers ministres britanniques qui ne peuvent pas trouver le courage de dire non aux Américains. Malheureusement, c’est nous, le peuple britannique qui, à la fin, va payer le prix de décisions égoïstes de notre Parlement».

Un peu plus tard, l’homme masqué livre un message à son tour:

«Ce citoyen britannique doit payer le prix de votre promesse, Cameron, d’armer les peshmergas [les combattants kurdes, ndlr] contre l’État islamique. Ironiquement, il [ David Haines] a passé une dizaine d’années de sa vie à servir dans la Royal Air Force, qui est chargée de livrer ces armes.Votre alliance diabolique avec l’Amérique qui continue de frapper les musulmans de l’Irak et plus récemment a bombardé le barrage de Haditha, ne fera qu’accélérer votre destruction, et jouer le rôle du petit chien obéissant, Cameron, va vous précipiter, vous et votre peuple dans une autre sanglante que vous ne pouvez gagner».

Puis, le bourreau tranche la gorge de Haines et tout devient noir.

Finalement, un autre homme apparaît, identifié comme le travailleur humanitaire britannique Alan Henning. Le bourreau menace alors la vie de Henning si les forces britanniques «persistent dans la lutte contre l’État islamique.»