Ottawa franchit une «étape-clé» dans le remplacement des vieux Lee-Enfield de nos Rangers

Des Rangers canadiens de Gjoa Haven (Nunavut) s’apprêtent à quitter le camp de patrouille pour se rendre au camp de base, le 21 août 2013, dans le cadre de l’opération Nanook 13. (Photo: Sergent Alain Martineau/DAPAir)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Des Rangers canadiens de Gjoa Haven (Nunavut) s’apprêtent à quitter le camp de patrouille pour se rendre au camp de base, le 21 août 2013, dans le cadre de l’opération Nanook 13. (Photo: Sergent Alain Martineau/DAPAir)
Des Rangers canadiens de Gjoa Haven (Nunavut) s’apprêtent à quitter le camp de patrouille pour se rendre au camp de base, le 21 août 2013, dans le cadre de l’opération Nanook 13. (Photo: Sergent Alain Martineau/DAPAir)

Une demande de proposition a été publiée à l’intention de la société Colt Canada, de Kitchener, en Ontario, relativement à la conception des nouveaux fusils modernes destinés aux Rangers canadiens dans le Nord du Canada qui utilisent encore aujourd’hui de vieux Lee-Enfield datant de…1947.

C’est ce qu’a annoncé mardi 2 septembre le ministre de la Défense nationale, Rob Nicholson, présentant cette nouvelle comme une «étape-clé» et un progrès important relativement à l’acquisition des nouveaux fusils dont ont tant besoin les Rangers.

Non seulement les Rangers doivent se débrouiller avec des fusils datant de 1947, mais ils sont tombés à court de pièces pour ces armes achetés lors de la fondation de leurs unités et conçus selon un design du 19e siècle. Ces fusils, qui supportent bien le froid, peuvent sans soute servir à la protection des hommes face aux prédateurs, mais, dans un engagement militaire, ce serait une autre histoire.

Les Rangers, principalement des réservistes autochtones, ont comme tâches, entre autres, d’assurer une présence militaire dans le cadre de la protection de la souveraineté, notamment signaler des activités inhabituelles, recueillir, localement, des données d’importance pour les opérations militaires. effectuer, au besoin, des patrouilles de surveillance/protection de la souveraineté.

Les Rangers participent également aux activités des Forces canadiennes en fournissant une expertise, des indications et des conseils sur le milieu local. en effectuant, sur demande, des patrouilles du Système d’alerte du Nord et fournissant de l’aide locale dans le cadre des activités de recherche et de sauvetage.

Tout récemment encore, les Rangers canadiens ont fourni le mentorat et de l’expertise au sujet du terrain et de ses difficultés intrinsèques aux troupes provenant du Sud pour l’opération NANNOOK, le plus important exercice des Forces armées canadiennes dans le Grand Nord canadien, qui s’est déroulé cette année du 20 au 29 août.

Le gouvernement du Canada remplacera donc les fusils Lee Enfield par des fusils modernes, robustes et sophistiqués qui répondent aux besoins des Rangers canadiens et qui fonctionnent très bien à des températures sous le point de congélation.

Le gouvernement, précise le communiqué de la Défense nationale qui annonce la nouvelle, attribuera deux contrats à l’entreprise Colt Canada, établie à Kitchener, en Ontario. « Cette entreprise constitue la source stratégique d’armes légères et le centre d’excellence du Canada qui a été retenue au moyen d’un processus concurrentiel, dans le cadre du Programme d’approvisionnement en munitions (PAM) du gouvernement fédéral.», affirme la Défense.

Aux termes du premier contrat, Colt Canada administrera le concours de conception et fournira 125 fusils selon la conception retenue en vue d’en faire l’essai durant l’opération NANOOK qui se déroulera au cours de l’été 2015.

Un deuxième contrat sera attribué, à la suite de la mise à l’essai et de toute modification requise liée à la conception. Aux termes de ce contrat, Colt Canada fabriquera plus de 6 500 fusils qui seront progressivement utilisés par les Rangers canadiens entre le milieu de l’année 2015 et la fin de l’an 2019. Colt Canada fabriquera également des pièces de rechange et des accessoires tels que des étuis et des crans de sûreté de détente. La valeur de ces deux contrats devra être établie en fonction de la conception retenue.

«Notre gouvernement s’engage à exercer la souveraineté du Canada dans le Nord et à soutenir le travail important réalisé par nos Rangers canadiens. Le lancement d’un concours de conception de fusils annoncé aujourd’hui est une étape clé de l’engagement du gouvernement qui consiste à équiper ces femmes et ces hommes courageux de manière à ce qu’ils puissent accomplir leur travail dans cet environnement particulier pendant de nombreuses années.», a déclaré à ce propos le ministre de la Défense.

Mais il n’y a pas que des fusils modernes dont les Rangers canadiens ont besoin. Alors que le Premier ministre Harper et ses ministres soulignent dans leurs discours l’importance cruciale du Nord pour la force économique du Canada et s’engagent à fournir les outils et l’infrastructure nécessaires, un nouveau rapport indique aussi que le réchauffement climatique a altéré l’Arctique à un point tel que les Rangers canadiens patrouillant dans cette région ont besoin de nouveaux équipements pour circuler sur un territoire qu’ils ne reconnaissent presque plus.

Après le remplacement des mousquets, pardon, des fusils du siècle dernier, les Rangers canadiens auront aussi maintenant besoin de téléphones par satellite, d’outils de navigation GPS et d’un meilleur équipement de recherche et de sauvetage, en plus de l’ensemble de base qu’ils réclament depuis des années, comprenant entre autres des sacs de couchage et des manteaux.