Poutine et Porochenko d’accord pour poursuivre le dialogue sur la paix en Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine serre la main de son homologue ukrainien Petro Poroshenko, lors d’un sommet à Minsk, le 26 août 2014 (Sergei Bondarenko/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le président russe Vladimir Poutine serre la main de son homologue ukrainien Petro Poroshenko, lors d'un sommet à Minsk, le 26 août 2014 (Sergei Bondarenko/AFP)
Le président russe Vladimir Poutine serre la main de son homologue ukrainien Petro Poroshenko, lors d’un sommet à Minsk, le 26 août 2014 (Sergei Bondarenko/AFP)

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Petro Porochenko se sont mis d’accord lundi au cours d’un entretien téléphonique pour poursuivre le dialogue en vue de mettre un terme au conflit dans l’est de l’Ukraine, a annoncé le Kremlin.

Au cours de l’entretien, les deux dirigeants ont discuté des actions pour faciliter un règlement pacifique de la situation dans le sud-est de l’Ukraine et le dialogue va se poursuivre, a déclaré le service de presse du Kremlin dans un communiqué publié lundi, sans plus de détails.

Un porte-parole de M. Porochenko a précisé à l’AFP que le président ukrainien avait parlé à son homologue russe alors qu’il faisait une visite symbolique à Marioupol, cité portuaire dans l’est de l’Ukraine. Pendant l’entretien les deux parties ont poursuivi leurs efforts de coordination des actions pour soutenir le cessez-le-feu entre troupes ukrainiennes et rebelles prorusses dans l’est de l’Ukraine conclu vendredi à Minsk, selon un communiqué de la présidence ukrainienne.

Cette conversation, la dernière en date d’une longue série entre les deux dirigeants, intervient alors qu’un fragile cessez-le-feu semble être respecté entre les troupes de Kiev et les séparatistes, malgré des combats sporadiques, les Occidentaux accusant Moscou de s’ingérer dans le conflit dans l’est de l’Ukraine.

L’Union européenne a convoqué lundi soir une réunion extraordinaire des ambassadeurs des 28 Etats membres pour obtenir un soutien unanime à la mise en oeuvre d’une nouvelle série de sanctions contre la Russie accusée d’ingérence en Ukraine, tout en discutant également de la façon dont ces sanctions pourraient être levées si la trêve était durable.