Rob Nicholson à Colorado Springs pour commémorer le 11 septembre

Avait lieu jeudi 11 septembre 2014 à la Base aérienne de Cheyenne Mountain, à Colorado Springs, siège du Commandement nord américain de la défense aérienne (NORAD), la première commémoration conjointe canado-américaine des événements du 11 septembre (USNORTHCOM)
Temps de lecture estimé : 6 minutes
Avait lieu jeudi 11 septembre 2014 à la Base aérienne de Cheyenne Mountain, à Colorado Springs, siège du Commandement nord américain de la défense aérienne (NORAD), la première commémoration conjointe canado-américaine des événements du 11 septembre  (USNORTHCOM)
Avait lieu jeudi 11 septembre 2014 à la Base aérienne de Cheyenne Mountain, à Colorado Springs, siège du Commandement nord américain de la défense aérienne (NORAD), la première commémoration conjointe canado-américaine des événements du 11 septembre (USNORTHCOM)

Avait lieu ce jeudi à 10h (heure du Colorado) à la Base aérienne de Cheyenne Mountain, à Colorado Springs, la première commémoration conjointe canado-américaine des événements du 11 septembre quand les terroristes d’Al-Qaïda ont précipités des avions contre les tours jumelles du World Trade Center à New-York, faisant près de 3,000 morts et changeant l’Histoire des États-Unis, en lutte depuis contre le terrorisme.

C’est donc dans l’enceinte de l’ancien QG du NORAD (désormais installé quelques kilomètres plus loin, à la base aérienne de Peterson) que le ministre canadien de la Défense, Robert Nicholson et le sous-secrétaire à la Défense des États-Unis participaient à la cérémonie d’aujourd’hui en compagnie deMelodie Homer, la conjointe de LeRoy W Homer, le co-pilote du Vol 93 de la United Airlines, volant en direction de Washington, et qui s’est écrasé en rase campagne à Shanksville, en Pennsylvanie, après que des passagers et membres d’équipage aient essayé d’en reprendre le contrôle.

«C’est des plus émouvant de nous retrouver ici à Cheyenne Mountain pour souligner le 13e anniversaire des attaques terroristes du 11 septembre 2001 perpétrées contre les États-Unis, où 24 canadiens ont aussi perdu la vie. Non seulement nous prenons le temps de nous souvenir des innocentes et des innocents qui ont perdu la vie dans ces attaques, mais aussi nous nous engageons à poursuivre nos efforts de renforcer notre défense commune du continent afin de ne plus jamais vivre de telles tragédies.», a déclaré le ministre en s’adressant aux quelque 700 participants et représentants de la défense des États-Unis réunis pour l’occasion.

Les États-Unis sont le principal allié et partenaire de défense du Canada. Les deux pays entretiennent de longue date des relations en matière de défense et de sécurité bien ancrées et des plus fructueuses.

Le Commandement des opérations interarmées du Canada (COIC), le NORAD et l’USNORTHCOM se partagent la défense de l’Amérique du Nord, travaillant en partenariat.

Le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD) est un commandement militaire binational que le Canada et les États-Unis ont mis sur pied en 1958 dans le but de surveiller et de défendre l’espace aérien de l’Amérique du Nord. En 2006, ils y ont ajouté une mission d’alerte maritime.

Dans la foulée des attaques du 11 septembre 2001, le NORAD a considérablement amélioré ses missions et ses ressources en vue de pouvoir affronter un éventail élargi de menaces.

Le ministre Nicholson a souligné dans son allocution le caractère unique et durable du lien qui unit le Canada et les États-Unis en temps de paix comme en temps de tourmente internationale en matière de défense.

«Les événements du 11 septembre ont radicalement touchés la façon dont nous voyons le monde et provoqué des vagues de changement à travers les États-Unis, l’Amérique du Nord et partout dans le monde. Les Canadiens de tout le pays ont ouvert leurs cœurs et leurs portes à plus de 33.000 voyageurs bloqués, leur offrant un abri, de la nourriture, et le réconfort. Les actions des Canadiens ce jour-là demeure un exemple puissant de la relation Canada-États-Unis», a déclaré le ministre canadien de la Défense.

La commémoration d’aujourd’hui marquait en outre la première fois que des militaires américains de provenance aussi diverse sont réunis à Colorado Springs pour commémorer les événements du 11 septembre 2011, alors que des représentants canadiens du NORAD, le commandement aéorospatiale bi-nationale canadien et américain, de l’USNORTHCOM, du Commandement aérien de la U.S, Air Force, de la US Air Force Academy, et des bases aériennes Schriever et Fort Carson ont participaient tous à l’événement.

Après les discours, des couronnes ont été déposées au mémorial du 11 septembre de la base de Cheyenne Mountain. Puis, ce fut une courte prière et un moment de silence pour honorer ceux qui ont perdu pendant les événements tragiques du 11 septembre 2001.

Et la commémoration s’est terminée par le survol de cinq F-16 font partie de l’aile 140 de la base aérienne de Buckley, au Coloradao.Colorado.

Ailleurs aux États-Unis

Le président américain Barack Obama (g), Michelle Obama et le vice-président Joe Biden (d) commémorent les attentats du 11 septembre 2001 à la Maison Blanche à Washington le 11 septembre 2014 (Jim Watson/AFP)

Les États-Unis ont aussi commémoré ce jeudi les attentats du 11 septembre 2001 avec des cérémonies du souvenir à New York, en Pennsylvanie et à Washington, où Barack et Michelle Obama ont observé une minute de silence.

À Washington Barack et Michelle Obama, le vice-président Joe Biden ont marqué une minute de silence sur la pelouse de la Maison Blanche, entourés d’environ 300 collaborateurs, à 0846 (heure de Washington), l’heure à laquelle le premier avion de ligne détourné a percuté l’une des deux tours du World Trade Center (WTC), dans le sud de Manhattan en 2001.

Le président américain s’est ensuite rendu au Pentagone, où l’un des quatre avions détournés par les terroristes au matin du 11 septembre 2001 s’était écrasé, pour une nouvelle cérémonie d’hommages.

Et à New York, les familles des victimes se sont rassemblées à Ground Zero, autour du mémorial national créé sur le site où étaient érigées les deux tours, pour une cérémonie qui a débuté comme tous les ans à 08H46.

«Souvenons-nous de ceux que nous avons perdus et que nous pleurons, nous pleurons pour leurs familles et pour nous-mêmes», a déclaré M. Obama au Pentagone, qui, lui, avait été frappé peu après, vers 9h37 le 11-Septembre.

«Et nous nous souvenons d’eux ainsi que de ceux qui continuent de combattre à nos frontières et de ceux qui montent la garde sur notre territoire», a ajouté le président américain,qui hier présentait son «plan d’action« contre le terrorisme et l’État islamique aux Américains, lançant pour terminer que que «Ceux qui souhaitent une division ont, au contraire, assisté à une unification».

«Il faut rester vigilants», déclare à Ottawa Stephen Harper

Le vol United Airlines 175 percutant la tour sud (Robert J. Fisch/Wikipédia)

Au matin du mardi 11 septembre 2001, dix-neuf terroristes ont détourné quatre avions de ligne. Deux avions ont été projetés sur les tours jumelles du World Trade Center (WTC) à Manhattan (New York) et un troisième sur le Pentagone, siège du Département de la Défense, à Washington DC, tuant toutes les personnes à bord et de nombreuses autres travaillant dans ces immeubles.

Les deux tours, symboles de la puissance économique américaine, se sont effondré moins de deux heures plus tard, provoquant aussi l’anéantissement de deux autres immeubles.

Ces événements ont marqué à jamais l’Histoire des États-Unis et, à bien des égards, nous vivons tous aujourd’hui dans un monde changé par ces événements.

Le gouvernement des États-Unis et celui de nombreux autres pays ont réagi en renforçant leur législation antiterroriste.

Puis, l’administration américaine a lancé la «guerre contre le terrorisme», notamment en Afghanistan dès octobre 2001, dont le régime taliban favorable à Al-Qaïda avait offert le un refuge au chef d’Al-Qaïda, éliminé depuis, Ben Laden, et en Irak en mars 2003, dont le régime baasiste a été désigné, à tort hélas, par l’administration américaine comme un soutien du terrorisme international et détenteur d’armes de destruction massive.

Les conséquences de ces engagements sont encore aujourd’hui au centre de l’actualité alors que les États-Unis, à la tête d’une coalition internationale, doit intervenir en Irak et en Syrie pour éradiquer le mouvement islamistes radical représenté par l’État islamique, qui s’est notamment emparé de pans entiers du territoire de l’Irak affaibli qui s’est jamais remis de l’intervention américaine.

Aujourd’hui, à Ottawa, le Premier ministre canadien Stephen Harper, affirmant que «Le 11 septembre restera à jamais dans nos mémoires pour les attaques insensées qui ont été perpétrées», a déclaré pour sa part que «« L’un des principaux enseignements tirés du 11 septembre est de demeurer vigilants à l’égard des groupes et des régimes terroristes qui cherchent à établir des refuges comme celui qui existait en Afghanistan avant 2001, et qui a permis aux auteurs de la tragédie du 11 septembre de s’organiser».