Soldats russes morts à la frontière ukrainienne: des journalistes de la BBC violemment battus

13
Couvrant la mort de soldats russes, une équipe de télévision de la BBC a été agressée. (BBC)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Couvrant la mort de soldats russes, une équipe de télévision de la BBC a été agressée. (BBC)
Couvrant la mort de soldats russes, une équipe de télévision de la BBC a été agressée. (BBC)

Alors qu’elle était en reportage dans le sud de la Russie, une équipe de journalistes de la BBC a été agressée par des inconnus, a annoncé jeudi la chaîne de télévision britannique.

Dans un communiqué, la chaîne indique que leur équipe a été violemment battue, leur caméra a été détruite puis elle leur a été prise, a indiqué dans un communiqué la BBC.

«L’attaque contre notre personnel, et la destruction de leur matériel et enregistrements, fait clairement partie d’une tentative préméditée pour empêcher des journalistes accrédités de faire une histoire de nouvelles légitime», écrit la BBC. «Nous déplorons cet acte de violence contre nos journalistes et appelons les autorités russes à mener une enquête approfondie et à condamner l’agression sur notre personnel».

Les trois journalistes de l’équipe enquêtaient dans la ville d’Astrakhan sur la mort de soldats russes près de la frontière avec l’Ukraine.

Après avoir été agressés, les journalistes ont été emmenés au poste de police pour quatre heures d’interrogatoire et ont découvert par la suite que la carte mémoire de leur matériel d’enregistrement (…) avait été effacée, a affirmé la chaîne.

«Nous assistons à un clair signal de harcèlement des médias indépendants en Russie», a renchéri Dunja Mijatovic, représentante de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour la liberté de la presse, qualifiant l’agression des journalistes de «totalement inacceptable», dans un communiqué.

L’agression n’a cependant pas empêcher le journaliste Steve Rosenberg de diffuser son entretien avec une femme affirmant que son frère, le soldat Konstantin Kouzmine, a été tué à la frontière russo-ukrainienne. La matériel vidéo avait été déjà téléversé sur les serveurs de la BBC avant l’agression.

Des journalistes menant l’enquête sur la mort de soldats ont déjà été attaqués ou menacés ces dernières semaines, comme le député de l’opposition et journaliste Lev Chlosberg, hospitalisé après avoir été agressé par trois inconnus.

Douce revanche que de diffuser un reportage soit disant effacé…