Une équipe scientifique revient d’une mission expérimentale dans l’Arctique

Deux avions CC130 Hercules sont ravitaillés à l’aéroport de Resolut Bay, au Nunavut, le 9 avril 2013, durant Operation Nunalivut (Archives/caporal Pierre Létourneau/MDN)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un accord aurait été trouvé entre l'armée de l'air francaise et l'US Air Force sur le transfert de deux drones MQ-9 Reaper sous commandement francais (Photo: Archives/U.S. Air Force/Master Sgt. Robert W. Valenca)
Verra-t-on prochainement une flotte de drones sans pilotes voler dans les cieux du Grand nord canadien? (Archives/U.S. Air Force/Master Sgt. Robert W. Valenca)

Une équipe du ministère de la Défense nationale composée de scientifiques, de techniciens et de personnel nécessaire au projet est revenue d’une mission accomplie avec succès qui avait pour but de tester des technologies sans pilote dans des conditions arctiques. Il s’agit de la première expérience du genre à être entreprise dans un milieu arctique.

L’équipe scientifique de l’Expérience interarmées des Forces canadiennes dans l’Arctique (EIA FAC), dirigée par Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC),a effectué au total 34 essais à la station des Forces canadiennes (SFC) Alert en utilisant deux véhicules terrestres sans pilote et un véhicule aérien sans pilote, dans le but de s’attaquer aux défis auxquels sont confrontées les Forces armées canadiennes (FAC) lorsqu’elles travaillent dans l’Arctique là où les infrastructures et la population sont dispersées et où il est coûteux de garder du personnel et de maintenir l’équipement.

L’équipe de 2014 ayant participé à l’Expérience interarmées des Forces canadiennes dans l’Arctique était constituée de 14 militaires et employés civils du MDN, qui ont effectué des essais à la SFC Alert, au Nunavut, entre le 18 août et le 26 août 2014.

Les capacités en matière de recherche et le sauvetage, d’atténuation des risques et de communication ont été testées afin de déterminer si des systèmes sans pilote pourraient éventuellement constituer une option viable pour appuyer les opérations des FAC dans le futur.

L’Expérience interarmées dans l’Arctique s’est intéressée particulièrement à certains aspects, notamment : comment déployer ces véhicules dans le Nord; comment cette technologie réagit dans un milieu arctique et comment les systèmes sans pilote permettent d’accroître la capacité des FAC à travailler dans cette région éloignée.Cela permettra de fournir une nouvelle perspective sur les capacités qui pourraient favoriser l’engagement des FAC à travailler dans l’Arctique canadien.

Les FAC utilisent déjà des véhicules sans pilote pour réaliser des missions diverses, comme l’intervention en cas d’incidents chimiques, biologiques, radioactifs, nucléaires et à l’explosif, ainsi que pour réaliser des activités de surveillance.

«Les missions expérimentales comme l’EIA FAC sont importantes pour trouver de nouvelles avenues permettant de réaliser avec succès des opérations militaires dans l’Arctique. Cette mission expérimentale à Alert démontre clairement les occasions et les défis propres à cette technologie. Elle profite non seulement aux Forces armées canadiennes, mais également aux partenaires du gouvernement dans le Nord», a déclaré Marc Fortin, sous-ministre adjoint (Sciences et Technologie) du ministère de la Défense nationale.

«Les systèmes sans pilote présentent de nombreux avantages pour les Forces armées canadiennes, mais nous devons d’abord étudier avec soin les forces et les faiblesses de ces technologies avant d’aller de l’avant. Notre expérience avec l’EIA FAC à Alert montre que cette technologie pourrait appuyer certaines tâches difficiles que les FAC pourraient avoir à exécuter dans l’Arctique. L’équipe du projet a déployé des véhicules dans des situations qui pourraient être dangereuses ou difficiles pour un intervenant des FAC dans un lieu éloigné en appui aux opérations de recherche et de sauvetage ainsi qu’aux opérations impliquant des matières dangereuses», a dit pour sa part Simon Monckton, scientifique principal de l’EIA FAC 2014.