12e Régiment blindé du Canada à Gagetown: un retour aux sources (PHOTOS/VIDÉO)

L'équipage de char Leopard II fait feu, à Gagetown, le 23 octobre 2014. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

C’est dans le cadre de la montée en puissance de la Force opérationnelle 1-15 (FO 1-15) que quelques 400 militaires du 12e Régiment blindé du Canada (12 RBC) prennent part aux différents scénarios durant les 18 jours de l’exercice SABRE AUCLAIR, à la base militaire de Gagetown, au Nouveau-Brunswick. 45eNord.ca s’est joint aux troupes durant plusieurs jours… dans la boue!

Le 1er juillet 2015, le 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada sera en haute disponibilité opérationnelle, c’est à dire prêt à se déployer n’importe où dans le monde si le gouvernement en fait la demande auprès des Forces armées canadiennes.

C’est un peu un retour aux sources pour les troupes du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada. Après plus d’une décennie passée en Afghanistan et à s’être entraînés pour de la contre-insurrection, c’est désormais un retour à la guerre dite conventionnelle qui s’effectue.

«C’est un retour à la base, mais avec de très bonnes leçons apprises de l’Afghanistan, a précisé le lieutenant-colonel Pierre Huet, commandant du 12e Régiment blindé du Canada, à 45eNord.ca. On prépare nos troupes à un ennemi hybride, tant asymétrique que conventionnel.»

C’est donc en deux phases que l’exercice SABRE AUCLAIR du 12 RBC a lieu: une première dite d’entraînement au niveau d’escadron et une deuxième d’entraînement au niveau régimentaire.

Force on force

Quelque part dans les secteurs d’entraînement de la base de Gagetown, au Nouveau-Brunswick, deux forces s’opposent.

Comme l’a expliqué à 45eNord.ca le lieutenant Félix Cordeau, dans l’optique d’un retour aux entraînements plus conventionnels, les troupes réapprennent à dormir dans une cache pour certaines nuits, à perfectionner leur art du camouflage, à la protection de points vitaux, aux escortes de convois et à la gestion de situations comprenant des blessés.

Mardi matin, l’escadron D du 12e Régiment blindé du Canada se voit assigner la tâche de défendre l’entrée d’une mine contre une possible attaque ennemie.

Après avoir installé un cordon extérieur et un cordon intérieur, deux lignes de défense, c’est finalement à midi que la force amie est attaquée. Manque de chance pour les «méchants», l’équipe de reconnaissance les avais vu venir et l’attaque échouera, personne n’arrivant jusqu’à la mine. Les blessés évacués et les prisonniers de guerre pris en charge, mission accomplie pour l’escadron D.

À la nuit tombée, un nouvel objectif est défini: une équipe doit partir en reconnaissance observer les positions ennemies. Plusieurs militaires se cachent ainsi dans les environs immédiats où se trouvent les méchants, et sont quasi découverts lorsque deux d’entre eux furent à 5 mètres seulement des trois gars bien camouflés! Tout ceci fut observable en direct, à plusieurs kilomètres de distance, grâce à une nouvelle technologie rentrant peu à peu dans les Forces armées canadiennes: un drone Raven.

Avec une autonomie moyenne de 45 minutes, un rayon d’action de 10 km, une altitude maxi de 5.000 m et embarquant caméras HD et thermique, le drone permet aux troupes au sol de repérer facilement de nuit, comme de jour, les positions ennemies même en étant bien camouflés dans les bois. Ils sont quelques dizaines de militaires seulement à se qualifier pour piloter ces appareils qui relèvent non pas de l’Aviation royale canadienne, mais bien de l’Armée canadienne.

Autre technologie, plus vieille, mais tout aussi impressionnante: c’est tout un boum qui aura été entendu un peu plus tard sur les champ de tirs avec toute la puissance de feu des véhicules Coyote et des chars d’assaut Leopard 2! Ce sont ainsi près d’une dizaine de véhicules qui se sont jetés, canon en tête, sur les champs de tirs, non sans avoir fait attention aux éventuels orignaux et ours, car oui, il y en a à Gagetown.

Plusieurs cibles feront les frais des 25 et 120mm des véhicules blindés, de jour, comme de nuit.

D’ici peu les troupes des blindés reprendront le long chemin entre Gagetown et Valcartier, avant de passer de bonnes fêtes de fin d’année et se préparer à la guerre en hiver, pour l’exercice RAFALE BLANCHE, en janvier 2015.