Guerre contre l’«État islamique»: les Canadiens seront basés au Koweït

Ravitaillement en vol entre un Airbus des Forces canadiennes et un chasseur canadien CF18 Hornet lors de l’exercice Maple Flag 42.( Photo : Soldat Laura Brophy, Combat camera)
Ravitaillement en vol entre un Airbus des Forces canadiennes et un chasseur canadien CF18 Hornet lors de l’exercice Maple Flag 42.( Photo : Soldat Laura Brophy, Combat camera)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des chasseurs CF-18 du 439e Escadron d'appui tactique au camp Canada Dry, situé à Doha, au Qatar, en janvier 1991 (Photo: Christian Coulombe, FC)
Des chasseurs CF-18 du 439e Escadron d’appui tactique au camp Canada Dry, situé à Doha, au Qatar. (Archives/Christian Coulombe/FAC)

Après les spéculations, la confirmation! Le ministre de la Défense nationale, Rob Nicholson, a confirmé ce jeudi 9 octobre que la force opérationnelle canadienne qui sera déployée pour lutter contre les djihadistes de l’«État islamique» sera basée au Koweït.

«J’ai le plaisir de vous annoncer que ce matin, notre gouvernement a obtenu une confirmation de la part du gouvernement du Koweït permettant au Canada d’utiliser les installations de ce pays pour effectuer nos opérations en Irak, a dit le ministre Nicholson par voie de communiqué. L’équipe de reconnaissance des Forces armées canadiennes continue d’effectuer un travail exceptionnel en organisant les détails logistiques afin d’appuyer notre mission, et le gouvernement prévoit communiquer de plus amples renseignements lorsque ces détails seront réglés».

On s’attend à ce que les premières frappes aient lieux d’ici trois semaines.

Dans le cadre de son Opération IMPACT, le Canada va ainsi déployer un CC-150 Polaris (de la 8e escadre Trenton) et deux CP-140 Aurora (de la 14e escadre Greenwood). Cette partie du déploiement comprend environ 280 membres d’équipage et membres du personnel.

Les Forces armées canadiennes doivent aussi envoyer jusqu’à six avions de combat CF-18 (de la 4e escadre Cold Lake) dans le cadre d’une force de frappe. Le déploiement des avions de chasse entraîne le déploiement d’environ 320 membres d’équipage et autres membres du personnel.

En tout, donc, au moins 600 militaires.

«Le Canada est fier de se joindre à ses alliés dans la lutte contre l’État islamique, parce qu’il s’agit tout simplement de la bonne chose à faire», a conclu le ministre de la Défense nationale dans son communiqué.