Afghanistan: une embuscade talibane fait 22 policiers morts

Des talibans déposent les armes à Herat dans l'ouest de l'Afghanistan, le 19 mars 2013 (Photo: Archives/Aref Karimi/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
D'ex-talibans en armes à Herat en Afghanistan, le 7 août 2013 (Photo: Archives/AFP)
D’ex-talibans en armes à Herat en Afghanistan, le 7 août 2013 (Photo: Archives/AFP)

Vingt-deux policiers afghans ont été tués lundi dans une embuscade des talibans dans la province de Sar-e-Pul (nord de l’Afghanistan), ont indiqué à l’AFP des responsables locaux, qui font état de 23 morts chez les talibans.

Ils sont tombés dans une embuscade sur le chemin entre les secteurs de Laghman et Alaf Safid. 22 policiers ont été tués, huit ont été blessés et sept ont été fait prisonniers, a dit à l’AFP le gouverneur de la province Abdul Jabar Haqbin.

Les policiers tués dans l’embuscade faisaient partie d’un renfort envoyé pour aider leurs collègues en difficulté.

L’attaque a eu lieu vers 13H00 locales (08H30 GMT) lorsqu’un groupe de talibans en surnombre a attaqué les policiers. Environ 10 véhicules de police ont été incendiés au cours de l’incident, a dit le gouverneur.

Ils ont appelé les forces étrangères (Isaf) pour demander un soutien aérien, mais il est arrivé très tard, a-t-il ajouté. Selon lui, 23 talibans ont également été tués au cours d’un échange de tirs qui s’est déroulé sur plusieurs heures.

Kazim Kenhan, un porte-parole de la police de la province a confirmé l’embuscade.

Les représentants des talibans n’étaient pas joignables immédiatement pour commenter.

La saison des combats, qui touche à sa fin en Afghanistan avec l’arrivée de l’automne, a été particulièrement meurtrière cette année avec de violents combats notamment dans les provinces de Helmand (sud), Kunduz (nord) ou encore dans le Logar, tout près de Kaboul.

Ce nouvel incident intervient à quelques semaines seulement du retrait du gros des forces de l’Otan en Afghanistan (Isaf) qui aura lieu en décembre.

En 2015, à la suite de la signature d’un accord de sécurité entre l’Afghanistan d’une part et les Etats-Unis et l’Otan d’autre part, quelque 12.500 soldats étrangers devraient rester sur place.

Mais la hantise des autorités afghanes reste le manque de couverture aérienne, une fois le contingent de l’Otan réduit, pour protéger les forces gouvernementales de ce type d’attaque.