Au Pérou, Chuck Hagel remercie le Canada pour sa contribution à la lutte contre l’État islamique

38
Le Secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, à la 11e Conférence des ministre des Affaires étrangères, à Arequipa, au Pérou, les 13 et 14 octobre 2014 (CMDA)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le Secrétaire américain à la Défense, Chick Hagel, à la 11e Conférence des ministre des Affaires étrangères, à Arequipa, au Pérou, les 13 et 14 octobre 2014 (CMDA)
Le Secrétaire américain à la Défense, Chick Hagel, à la 11e Conférence des ministre des Affaires étrangères, à Arequipa, au Pérou, les 13 et 14 octobre 2014 (CMDA)

Lors de la Conférence des ministres de la Défense des Amériques, le ministre de la Défense nationale, Rob Nicholson, a rencontré lundi son homologue américain, le secrétaire à la Défense Chuck Hagel, qui a remercié le Canada pour sa contribution militaire dans la lutte contre le groupe l’État islamique.

Le ministre de la Défense, Rob Nicholson, qui participe à la 11e Conférence biennale des ministres de la Défense des Amériques, qui se tient cette année du 12 au 14 octobre à Arequipa, au Pérou,

Dans le cadre de cette conférence, où le ministre Nicholson tient aussi une série de réunions bilatérales avec ses homologues d’autres nations de l’hémisphère, le ministre canadien a aussi eu, notamment, une rencontre bilatérale dimanche avec l’hôte de ce sommet, le président péruvien Ollanta Humala Tasso et, lundi, avec le ministre colombien de la Défense, Juan Carlos Pinzón Bueno, avec lequel il a discuté, entre autres, de l’évaluation des transformation des forces armées, un des thèmes de la conférence de cette année.

La conférence rassemble des ministres de la Défense et des hauts représentants des Amériques afin de discuter de sujets d’intérêt commun en matière de défense et de sécurité dans la région.

Lors de cette conférence qui réunit 34 pays, les cinq domaines de discussions sont, cette année, la coopération en matière de capacités de recherche et de sauvetage, la coopération en matière de santé militaire, la sécurité et la protection de l’environnement, l’échange d’expériences sur la participation des Forces armées dans les tâches de sécurité et la coordination des conférences spécialisées.

Lundi, le secrétaire Hagel a remercié le ministre Nicholson pour la contribution militaire élargie du Canada dans la lutte contre le groupe l’État islamique.

L’opération IMPACT constitue la contribution des Forces armées canadiennes (FAC) au soutien de la coalition envers les forces de sécurité de la République d’Irak qui combattent l’organisation État islamique en Irak et au Levant (ISIL).

Du 28 août au 26 septembre, les Forces armées canadiennes ont transporté du matériel militaire donné par des alliés. Un total de 25 vols ont eu lieu et plus de 1 600 000 livres (725 000 kilogrammes) de matériel militaire ont été livrées en Irak.

Mais, le 7 octobre 2014, le Canada a décidé d’aller plus loin et, à la suite d’un débat et d’un vote à la Chambre des communes, le gouvernement du Canada a annoncé que ses forces armées contribueraient à la coalition en menant des frappes aériennes pour affaiblir la capacité du groupe l’État islamique à effectuer des opérations militaires tout en continuant à procéder à ses mesures sans combat. La mission a aussi été prolongé pour une période pouvant aller jusqu’à six mois.

De plus, environ 70 membres des Forces armées canadiennes travaillent déjà avec les Américains dans un rôle de consultation et d’assistance lié à la prestation de conseils stratégiques et tactiques aux forces de sécurité irakiennes.

«J’ai eu une réunion très productive avec le secrétaire Hagel qui nous a donné l’occasion de discuter des efforts déployés par la coalition pour lutter contre l’EIIL », a déclaré le ministre Nicholson.

«Le Canada est très préoccupé par la présence grandissante de l’EIIL partout au Moyen‑Orient et par la menace directe de terrorisme au pays et à l’étranger. Notre gouvernement a le devoir de protéger les Canadiens et de rester fermement solidaire de nos alliés face aux atrocités innommables commises par l’EIIL à l’endroit d’enfants, de femmes et d’hommes innocents. Cette réunion a permis d’examiner ces préoccupations et de discuter de la contribution continue des Forces armées canadiennes aux efforts déployés par la coalition.», a soiuligné le ministre canadien.

La menace du changement climatique

Par ailleurs, dans son discours d’ouverture, le président du pays hôte, Ollanta Humala Tasso, avait déclaré que la plus grande menace qui pèse sur les nations aujourd’hui sont le trafic de drogue et le changement climatique et a appelé à la coopération pour consolider la paix.

Faisant écho aux propos du président péruvien, le Secrétaire américain a déclaré hier que le changement climatique est un multiplicateur de menace, et le Département de la Défense américain prend des mesures pour intégrer cette question dans tous les plans.

Hagel a annoncé une feuille de route du ministère de la Défense des États-Unis pour s’adapter au changement climatique. La feuille de route est basé sur la science, a dit le Secrétaire américain, et décrit les effets du changement climatique sur les missions et les responsabilités de la Défense américaine.

«Nous avons presque terminé une enquête de référence pour évaluer la vulnérabilité de plus de 7.000 bases militaires, installations et autres équipements», a déclaré Hagel. «S’appuyant sur ces évaluations, nous allons intégrer les considérations relatives aux changements climatiques dans la planification de nos opérations, et de la formation.»