BPC de classe Mistral: les Russes s’impatientent et attendent leur premier bâtiment le 14 novembre

0
Les Russes s'impatientent et attendent  la livraison du premier bâtiment de projection de combat de classe Mistral construit pour eux par la France(EPA/Marcus Brandt)
Les Russes s’impatientent et attendent la livraison du premier bâtiment de projection de combat de classe Mistral construit pour eux par la France(EPA/Marcus Brandt)

Les Russes s’impatientent et font savoir qu’ils attendent pour bientôt leur premier porte-hélicoptères Mistral: la France doit livrer le 14 novembre à la Russie un premier bâtiment, a annoncé mercredi le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine, chargé du complexe militaro-industriel russe, rapporte l’agence de presse publique russe Itar-Tass.

«La société Rosoboronexport [chargée de l’exportation des armes russes, ndlr] a reçu une invitation pour le 14 novembre à Saint-Nazaire où se trouvent 360 marins russes (…) pour la remise à la Russie du premier navire ‘Vladivostok’ et la mise à l’eau du second [le Simféropol, ndlr]», a dit Rogozine.

Pourtant, Paris ne prendra pas avant novembre la décision de livrer un premier porte-hélicoptères de classe Mistral à la Russie, avait annoncé la veille mardi aux journalistes le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian lors d’une visite du salon Euronaval au Bourget.

Le ministre français avait alors rappelé que le président François Hollande avait dit que, «si les conditions politiques ne changeaient pas, il n’imaginait pas donner l’autorisation de livraison».

Rogozine, ancien ambassadeur de la Russie auprès de l’OTAN, a souligné pour sa part qu’il avait été témoin des tentatives à Bruxelles des Américains et des Européens de l’Est «pour faire pression sur les Français».

Mais Rogozine, qui supervise l’industrie de défense russe, a déclaré que, «techniquement», le contrat est exécuté normalement.

«Nous procédons à partir de cela, et, quant aux décisions politiques, nous supposons que la France doit défendre sa propre réputation en tant que partenaire fiable, y compris dans les questions de coopération militaire», a-t-il déclaré.

De son côté, l’agence officielle russe Ria Novosti rapporte qu’un représentant des chantiers STX de Saint-Nazaire lui a déclaré lundi que la cérémonie de livraison du premier navire baptisé Vladivostok était fixée au 14 novembre, soulignant toutefois qu’il s’agissait d’une date non officielle, mais que le personnel des chantiers se préparait à la cérémonie prévue ce jour-là.

Le contrat de construction des deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) de classe Mistral a été signé entre le groupe français DCNS et l’exportateur d’armements russe Rosoboronexport en 2011.

Mais la vente de ces deux navires de guerre à la Russie, sous le mandat du président conservateur Nicolas Sarkozy pour 1,2 milliard d’euros, a pris une tournure éminemment politique avec la crise ukrainienne, en proie à une rébellion prorusse depuis le printemps soutenue par Moscou selon les Occidentaux.

Les États-Unis en particulier s’opposent vivement à la réalisation de ce contrat et exercent une forte pression sur la France pour qu’elle ne livre pas les bâtiments à la Russie.

Le président Hollande avait indiqué le 16 ocotbre qu’il conditionnait la livraison des bâtiments à la Russie à une application intégrale du plan de paix en Ukraine et à un cessez-le-feu entre l’armée ukrainienne et les séparatistes prorusses entièrement respecté.

Mais la «suspension» de la livraison aux Russes du premier BPC de classe Mistral annoncée par l’Elysée n’a pas empêché la poursuite de la construction d’un deuxième Mistral pour eux, ni la formation des 400 marins russes présents depuis juin à Saint-Nazaire pour apprendre à manœuvrer les porte-hélicoptères français.

Baptisé Vladivostok, le premier des deux bateaux de guerre commandés par la Russie a d’ailleurs effectué ces dernières semaines des essais en mer au large de Saint-Nazaire.

Les bâtiments de projection et de commandement (BPC) sont des navires de guerre polyvalents pouvant transporter des hélicoptères et des chars, ou accueillir un état-major embarqué et, actuellement, quatre hélicoptères Kamov Ka-52K sont en construction en Russie pour équiper le bâtiment de projection et de commandement (BPC) fabriqué en France pour les forces navales russes.

S’il finit par être livré par la France, le premier bâtiment de type Mistral sera incorporé à la Marine russe en 2015. Une fois à Saint-Pétersbourg, il devrait selon l’agence officielle russe être envoyé au chantier naval Severnaïa Verf pour être équipé d’armements russes, ces travaux devant s’achever d’ici le milieu de l’année 2015.

Les Russes veulent leur Mistral et commencent à s’impatienter, la déclaration de Rogozine s’ajoutant maintenant à celle du porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch à la mi octobre qui lançait «Il est temps pour la partie française de se décider» et que la France doit livrer les navires Mistral à la Russie ou rendre l’argent.

Mettre la pression, ça se dit comment…en Russe?

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.