Conférence à Ottawa: le Canada a-t-il encore de besoin de sous-marins?

3

Le 2 octobre dernier, au Centre national des Arts (CNA) d’Ottawa, une conférence avec le thème «Les sous-marins canadiens: le passé, le présent et l’avenir» a eu lieu, sous l’œil de plusieurs élèves-officiers du Collège militaire royal du Canada (CMRC). L’élof Jérémie Fraser raconte:

Sans la générosité de la Naval Association of Canada et du club de CMR, les quelques 33 élèves-officiers qui ont participé à la conférence sur les sous-marins: le passé, le présent et l’avenir à Ottawa seraient restés à Kingston.

L’activité en valait totalement la peine même s’il a fallu quitter le CMRC dès l’aurore. Il faut dire que les sujets traités étaient pertinents et que des personnalités très intéressantes participaient à cette conférence. Le commandant des forces sous-marines de l’OTAN, le contre-amiral Robert Kamensky, a fait un discours d’une qualité exceptionnelle à l’heure du dîner.

L’histoire de l’utilisation canadienne des sous-marins a été traitée de long en large. Il faut savoir que le premier sous marin canadien a été acheté en 1914. La capacité stratégique recherchée n’était alors que la défense côtière.

En 1945, quelques U-Boats allemands se sont rendus au Canada, mais nous n’en avons pas fait usage.

Ce n’est qu’en 1965, avec l’acquisition des sous marins de classe Oberon, que le Canada s’est doté d’une véritable capacité sous marine. Encore là, on parlait alors seulement de souris mécaniques ; des engins destinés à l’entrainement de nos navires pour la lutte anti sous-marine.

La capacité opérationnelle sous-marine canadienne n’a été effective que lorsque le Canada a acheté les quatre sous marins de classe Victoria à l’Angleterre et ce, à un prix très abordable!

La question de la nécessité stratégique d’avoir des sous-marins pour la Canada a été abordée. Selon le Dr. Larry Hickey, nos sous-marins doivent surtout servir à l’entrainement anti sous-marins, au support pour les forces spéciales, aux opérations de patrouilles de surveillance et enfin, à de la surveillance pour nos alliés.

Tout un chacun sait que au Canada, le processus d’acquisition d’équipement militaire est politique avant tout. La décision finale en revient donc aux électeurs canadiens.

Il ne faut pas oublier que la Canada est une nation maritime, et que selon la United Nations Conference on Trade and Development, plus de 90% du commerce mondial transite par les océans.

Le Canada a un rôle d’importance à jouer sur la scène internationale. Et l’avenir se décide maintenant !

Jérémie Fraser a gradué du Collège militaire royal du Canada en 2016 avec une double spécialisation en Études militaires et stratégiques et en études françaises. De 2008 à 2012, il était soldat d'infanterie au régiment Les Fusillers Mont-Royal.

Discussion3 commentaires

  1. Jean-Yves Bernard

    Il est plus important aujourd’hui d’obtenir une flotte de sous-marin à propulsion nucléaire que jamais, bordé par trois océans et deux géants que sont la Russie et les USA l’indépendance du territoire Canadien est plus que menacé. L’achat de tel équipement est plus que nécessaire.

  2. son fière on dirait de la carotte qu’a mis les anglais au canadiens lors de l ‘achat de ses sous marins qui pendants plus dix ans on été un gouffre a argent pour un rendement très médiocres, voir nul pour certains, avec une impossibilité de tiré des torpilles pendants de longues années.ses sous marins d’occasion en très mauvais état de structure et peu fiable n’ont aucune valeurs militaire en espérant que les erreurs du passée ne se reproduiront pas dans le futurs et que pour le futur de la flotte sous marine canadienne il ne fasse pas les fonts de poubelle comme cela a été le cas, alors que la marine canadienne avait au départ pensée au sous marin français rubis.

  3. Le Canada doit avoir des sous-marins soit nucléaire ou du type 214 a long rayon d’action proposé a l’Australie et le Canada et si les américains aurait pas mis leur veto il y a 20 ans de la France et de le Londre ont aurait aujourd’hui des sous-marins de type Trafalgar ou sous-marin de classe rubis a l’époque. Et aujourd’hui nous aurions pas ce probleme ridicule et d’un prix exorbitant A les maudits américains