Deux semaines après l’attaque d’Ottawa, le président français s’adressera au Parlement canadien

Le premier ministre canadien Stephen Harper et le président français François Hollande à Paris, le 7 juin 2012 (Photo: Présidence de la République - Pascal Segrette)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le Premier ministre Stephen Harper et le Président français François Hollande lors d'une visite du premier ministre canadien à paris en juin 2013 (PMO)
Le Premier ministre Stephen Harper et le Président français François Hollande lors d’une visite du premier ministre canadien à paris en juin 2013 (PMO)

Le Premier ministre Stephen Harper a annoncé ce mardi 28 octobre que le président français, François Hollande, s’adressera au Parlement du Canada lors de la de la première visite officielle qu’il fera au Canada, du 2 au 4 novembre 2014.

Le Président Hollande sera accompagné de plusieurs ministres et d’une nombreuse délégation composée de représentants du milieu des affaires et du milieu universitaire français.

Cette visite, qui s’inscrit dans le cadre d’efforts concertés, tant de la part du Canada que de la part de la France, visant à resserrer les liens profonds et de longue date entre les deux pays, sera axée sur une plus grande coopération en matière de sécurité internationale et face aux menaces, sur le développement économique et commercial, sur l’innovation et sur la diversification des liens entre les populations.

Le président français François Hollande effectuera une visite officielle au Canada du 2 au 4 novembre 2014 au cours de laquelle les dirigeants des deux pays membres de la coalition contre le groupe l’État islamique discuteront, notamment,de la menace que pose ce groupe ultra-radical.

Il s’agira de la première visite d’État d’un président de la République depuis celle que le Président François Mitterand avait effectuée le 25 mai 1987 et le discours devant le Parlement sera aussi le premier d’un Président français depuis cette date.

«Le Canada et la France entretiennent depuis longtemps des liens étroits, une relation bilatérale dynamique et en expansion, ainsi qu’un engagement inébranlable envers la démocratie, la liberté et la justice. C’est donc un honneur pour nous d’inviter notre grand ami et allié, le Président français Hollande, à prendre la parole devant notre propre bastion de la démocratie : le Parlement canadien», a déclaré à ce propos le Premier ministre Stephen Harper.

Au lendemain des attaques par des partisans du djihad à St-Jean et à Ottawa qui ont tué deux militaires canadiens, les dirigeants des deux pays membres de la coalition contre le groupe l’État islamique discuteront, notamment, de la menace que pose ce groupe ultra-radical.

Depuis les attaques, le Canada a maintenu le cap et poursuivi la mission de combat en Irak autorisée par le Parlement le 7 ooctobre dernier, le Premier ministre Harper ayant déclaré au lendemain des attaques que «les terroristes ne dicteront pas au Canada ce qu’il peu faire ou ne pas faire comme nation».

La France, elle, avait été, elle, la première nation à se joindre mi-septembre à la coalition menée par les États-Unis pour frapper les positions djihadistes en Irak.

Le président français et le premier ministre canadien discuteront aussi de la crise actuelle en Ukraine

Le programme du Président Hollande prévoit qu’il se rendra à Calgary et à Banff. Il s’agira de la première visite d’un Président français dans l’ouest du Canada, ce qui montre, affirme le Bureau du Premier ministre Harper «que la France est vivement intéressée à développer des liens économiques et politiques avec l’ensemble du Canada, y compris dans le secteur de l’énergie».

La France, à titre de membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, de l’OTAN, du G7 et du G20, qui est aussi l’un des pays fondateurs de l’Union européenne et de la Francophonie, est un allié important pour le Canada.

Et, d’ici à ce que le Président Hollande s’adresse au Parlement canadien lors de sa visite officielle de novembre, c’est le Secrétaire d’État américain, John Kerry, qui sera aujourd’hui à Ottawa, pour «réaffirmer l’alliance entre les deux peuples» au lendemain de la semaine noire qu’a vécu le Canada.

Devant la menace, les alliés resserrent les rangs et le chef de l’État français effectuera aussi les 18 et 19 novembre 2014 une visite d’État en Australie, un membre très important de la coalition, à l’invitation du gouvernement australien, au cours de laquelle il rencontrera le Premier ministre, Tony Abbot.

François Hollande se rendra alors à Sydney puis à Canberra. Si la visite à Ottawa est la première depuis Mitterand en 1987, en Australie il s’agira même de la toute première d’un Président français dans ce pays.