Exercice Frontier Sentinel 2014 : alerte, la baie du Delaware minée, on envoie les plongeurs canadiens

53
L'équipe de plongée de la Flotte canadien de l'Atlantique) mène des opérations de déminage dans le cadre de l'exercice Frontier Sentinel. Cette année, la troisième phase de cet exercice annuel de sécurité maritime se déroule dans la baie du Delaware (Mass Communication Specialist 2nd Class Christopher Perez/U.S, Navy)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
L'équipe de plongée de la Flotte canadien de l'Atlantique) mène des opérations de déminage dans le cadre de l'exercice Frontier Sentinel. Cette année, la troisième phase de cet exercice annuel de sécurité maritime se déroule dans la baie du Delaware (Mass Communication Specialist 2nd Class Christopher Perez/U.S, Navy)
L’équipe de plongée de la Flotte canadien de l’Atlantique) mène des opérations de déminage dans le cadre de l’exercice Frontier Sentinel. Cette année, la troisième phase de cet exercice annuel de sécurité maritime se déroule dans la baie du Delaware (Mass Communication Specialist 2nd Class Christopher Perez/U.S, Navy)

Bien sûr, c’est une simulation pour l’exercice américain Frontier Sentinel 2014, qui vise à tester la réponse coordonnée face à une menace maritime contre les ports nord-américains et auquel prend part le Canada, amènera les plongeurs canadiens à fouiller les eaux du port de Wilmington à la recherche de mines posées par des terroristes.

Commencé vendredi et se poursuivant jusqu’au 24 octobre Frontier Sentinel est une série d’exercices annuels, initiée en 2006, mis en place pour améliorer l’«échange collaboratif de l’information, la planification et la réponse coordonnée» entre les commandements opérationnels de la Garde côtière des États-Unis, la Force opérationnelle interarmées canadienne de l’Atlantique et le commandement des forces navales américaines en réponse aux menaces à la sécurité dans le domaine maritime.

La US Coast Guard de l’Atlantique, la Force opérationnelle interarmées canadienne de l’Atlantique et le commandement des forces navales américaines prennent part encore cette année à la phase finale de cet exercice à grande échelle dont scénario en trois parties se concentre sur la sécurité maritime du territoire.

Les phases un et deux de Frontier Sentinel 14 ont déjà eu lieu en août et septembre et ont été axés sur les menaces maritimes dans les eaux de l’océan Atlantique, dont Halifax, Nouvelle-Écosse.

La troisième phase de l’exercice, la «phase tactique» se concentre, maintenant, sur la détection coordonnée, l’évaluation et la réponse à une menace posée par des mines dans la baie du Delaware.

L’exercice est limitée à des zones spécifiques dans la baie du Delaware et ne devrait pas affecter de manière significative la circulation maritime, dit la Garde côtière américaine, qui établit pendant l’exercice une zone de sécurité temporaire sur les eaux de la baie du Delaware et une partie de l’océan Atlantique Nord.

«Ces zones temporaires visent à restreindre les navires de parties de la baie du Delaware et l’Océan Atlantique Nord en raison d’une menace inconnue à la navigation associé à un incident de sécurité de transport», avise pour sa part le département américain de la sécurité intérieur( Homeland Security).

Le scénario de la phase tactique

Le scénario de cette troisième phase, la phase tactique, est le suivant:

Un rapport des services de renseignements indique qu’un navire qui transportait des mines a été arraisonné dans les eaux canadiennes et qu’on a constaté que plusieurs des mines qu’il transportaient étaient manquantes. Son dernier port d’escale du navire a été dans la baie du Delaware.

Cinq mines sont portées disparues et l’équipage du navire admet finalement avoir miné la Baie du Delaware. L’alerte est donné et déclenche le déploiement des ressources et mesures anti-mines dans la Baie.

C’est alors que l’équipe de plongée canadienne et celle de la Garde côtière américaine fouilleront les eaux du port de Wilmington à la recherche des cinq mines.

«Cet exercice teste la capacité de la Garde côtière américaine, de la Marine, des forces canadiennes et des organismes civils de répondre avec succès à une menace maritime complexe», a déclaré le vice-amiral. William Lee, Commandant de la Garde côtière de la zone Atlantique.

Toujours prêts

«Des exercices tels que Frontier Sentinel nous permettent de renforcer les partenariats avec nos homologues canadiens et ceux de la Marine dans un contexte réaliste, ce qui nous permettra d’améliorer notre interopérabilité et d’être prêts à répondre à toute menace maritime contre le territoire national», dit le vice-amiral Lee.

Ici, au Canada, l’Unité de plongée de la Flotte (Atlantique) compte environ 120 plongeurs et personnel de soutien formés aux tâches suivantes : opération de lutte contre les mines, réparation sous l’eau de routine et d’urgence, neutralisation des explosifs et munitions, fouilles des fonds marins, entretien et réparation de l’équipement de plongée, sauvetage de sous-marin et instruction en plongée et soutien aux autres organismes gouvernementaux.

Les Forces maritimes de l’Atlantique jouent, elles, un rôle essentiel dans la sécurité maritime grâce à leur position stratégique le long des principales routes commerciales qui lient l’Europe, les États-Unis, l’Amérique du Sud et, en fait, les quatre coins de la planète.