Le Canada dans le collimateur des terroristes: une poudre suspecte provoque l’évacuation du consulat d’Istanbul

Des hommes de l'AFAD portant des masques à gaz et des tenues de protection contre les risques chimiques se trouvaient toujours vendredi après-midi dans les locaux des consulats allemand et belge pour des opérations de décontamination, ont constaté des journalistes de l'AFP (Osman Orsal/AFP)
Temps de lecture estimé : 4 minutes
Des hommes de l'AFAD portant des masques à gaz et des tenues de protection contre les risques chimiques se trouvaient toujours vendredi après-midi dans les locaux des consulats allemand et belge pour des opérations de décontamination, ont constaté des journalistes de l'AFP (Osman Orsal/AFP)
Des hommes de l’AFAD portant des masques à gaz et des tenues de protection contre les risques chimiques se trouvaient toujours vendredi après-midi dans les locaux des consulats allemand et belge pour des opérations de décontamination, ont constaté des journalistes de l’AFP (Osman Orsal/AFP)

Les membres de la coalition en lutte contre l’État islamique toujours dans le collimateur des djihadistes, des équipes de sécurité turques ont du intervenir ce vendredi 24 octobre à Istanbul dans les consulats du Canada, de Belgique et d’Allemagne, trois pays membres de la coalition antidjihadiste, destinataires de lettres contenant une poudre suspecte.

—–
Mise à jour au 24/10/2014 à 13h52

Outre le Canada, l’Allemagne et la Belgique, dont le Canada, les États-Unis et la France ont aussi reçu des lettres contenant une poudre suspecte. Ce sont donc maintenant cinq pays de la coalition qui ont été visés et dont le consulat dans la métropole turque a été du être inspecté vendredi par les équipes de sécurité turques.

Prenant la parole à la Chambre des Communes, à Ottawa, le ministre des Affaires étrangères canadien, John Baird, a assuré que les soins médicaux ont été donnés «par excès de prudence», indiquant toutefois que le consulat resterait fermé jusqu’à ce qu’on puisse assurer la sécurité de tous les employés.

—–

Une personne qui travaille au consulat canadien a été «directement exposée» à cette substance qui était toujours en cours d’analyse vendredi après-midi, a indiqué l’agence turque de gestion des situations d’urgence (AFAD), analyse dont on devrait connaître les résultats lundi.

L’employé du consulat canadien qui a ouvert ouvert le paquet rempli de la substance inconnue, est actuellement à l’hôpital. D’autres employés ont été en contact avec le colis de façon indirecte, selon les autorités locales. Au total 10 membres du personnel du consulat canadien ont été hospitalisés par mesure de précaution, dont, rapporte Reuters, disant tenir l’information d’une source au sein de l’hôpital où les Canadiens ont été conduits, le consul général lui-même.

Des hommes de l’AFAD portant des masques à gaz et des tenues de protection contre les risques chimiques se trouvaient toujours vendredi après-midi dans les locaux des consulats allemand et belge pour des opérations de décontamination, rapporte de son côté l’AFP.

Le Consulat général du Canada est situé au 209 Buyukdere Caddesi, au 16e étage de la Tekfen Tower, dans le quartier de Levent, un quartier des affaires du nord-est de la métropole turque. Les deux autres consulats sont dans le district de Beyoglu, plus au sud.

Les trois consulats ont été fermés au public et placés sous la surveillance de la police.

Pour l’instant, selon la presse locale, aucune information n’a encore été communiquée par les autorités turques sur les expéditeurs de ces enveloppes contenant de la poudre jaune.

Cette alerte intervient alors que de nombreux pays occidentaux ont renforcé leurs mesures de sécurité contre d’éventuelles menaces émanant du groupe djihadiste de l’État islamique (EI), qui assiège depuis un mois la ville syrienne kurde de Kobané, à proximité de la frontière turque.

Le 22 septembre, le groupe ultra-radical a lancé un appel au meurtre de citoyens des pays de la coalition.

«Si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen –en particulier les méchants et sales Français– ou un Australien ou un Canadien, ou tout […] citoyen des pays entrés dans une coalition contre l’État islamique, alors comptez sur Allah et tuez-le de n’importe quelle manière», a déclaré Abou Mohammed al-Adnani, un porte-parole de l’EI, dans son message.

Il donne ensuite des des détails sur la façon de s’y prendre, incitant à poser des bombes dans les lieux publics et ajoutant que que l’on peut également tuer à l’aide d’armes automatiques ou d’armes blanches.

Les musulmans qui n’ont ni bombes, ni armes, peuvent toujours écraser les gens dans la rue avec leur voiture, les pousser du haut d’une falaise ou encore les empoisonner. «Leur vie n’a pas plus de valeur que celle d’un chien», lance-t-il dans son message.

Répondant vraisemblablement à cet appel au meurtre, mercredi à Ottawa, Michaël Zehaf-Bibeau, un homme de de 32 ans à la double citoyenneté canadienne et libyenne, a tué un jeune soldat de 24 ans montant la garde devant un Monument aux de la guerre avant de pénétrer dans le Parlement, où il a finalement été abattu par le sergent d’armes après des échanges de tirs.

Et lundi, à St-Jean-sur-Richelieu, au Québec, Martin «Ahmad» Rouleau, 25 ans, avait lancé sa voiture sur un militaire, le tuant, dans le parking d’un centre commercial fréquenté par des militaires, avant d’être abattu par la police. Également passé à l’islamisme radical, Rouleau s’était fait retirer son passeport en juillet, alors qu’il comptait se rendre en Turquie.

Toutefois, jeudi, le Premier ministre Stephen Harper a promis devant les députés à la Chambre des Communes de «redoubler» la lutte contre le terrorisme et, faisant écho aux propos du chef du gouvernement, le Chef d’État-major de la Défence, le Général Tom Lawson, a assuré que le Canada ne se laissera pas intimider.

Et, nullement intimidés, Ce jeudi 23 octobre, à partir , environ 140 militaires provenant de bases et escadres des Forces canadiennes de partout au Canada sont partis jeudi de la 3e Escadre Bagotville et de la 8e Escadre Trenton pour se déployer dans le cadre de leur mission en Asie du Sud-Ouest à l’appui de l’opération IMPACT pour venir à bout du groupe sanguinaire qui contrôlent de vastes territoires en Syrie et en Irak et y fait régner la terreur.