Les forces américaines larguent des armes aux Kurdes à Kobané

Les États-Unis ont livré près d'une trentaine de paquets contenants armes, munitions et matériel médical, aux forces kurdes de Kobané. (US Air Force)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Les États-Unis ont livré près d'une trentaine de paquets contenants armes, munitions et matériel médical, aux forces kurdes de Kobané. (US Air Force)
Les États-Unis ont livré près d’une trentaine de paquets contenants armes, munitions et matériel médical, aux forces kurdes de Kobané. (US Air Force)

L’aviation américaine a largué pour la première fois des armes, des munitions et du matériel médical aux Kurdes de Syrie, assiégés dans la ville de Kobané, près de la frontière turque, a annoncé dimanche soir le US Central Command (CENTCOM).
——
Mise à jour au 20/10/2014 à 8h31

Les Kurdes qui défendent Kobané ont accueilli lundi avec soulagement les premières armes larguées par les États-Unis sur cette ville syrienne frontalière de la Turquie où ils réussissent à freiner l’avancée du groupe État islamique (EI) grâce aux frappes aériennes de la coalition.

À la lumière des derniers développements, «l’équilibre des forces peut basculer à tout moment», a estimé pour sa part l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

——

Dans son communiqué, le CENTCOM précise qu’un avion cargo C-130 a effectué plusieurs largages de matériels fournis par les autorités kurdes d’Irak pour permettre aux assiégés de résister à l’offensive du groupe dit de l’État islamique (EI) contre la ville.

Selon le CENTCOM, onze frappes ont été menées sur Kobané samedi et dimanche, pour aider les combattants kurdes à repousser une nouvelle tentative de l’EI de couper leurs lignes d’approvisionnement depuis la Turquie.

Jusqu’à présent, les forces américaines ont mené plus de 135 frappes aériennes contre l’EI à Kobané.

«La situation sécuritaire reste fragile dans Kobané, alors que l’EI continue de menacer les forces de la ville et que les kurdes continuent à résister».

Le commandant du CENTCOM, le général Lloyd Austin a un peu plus tôt mis en garde que la ville pourrait tomber [aux mains des islamistes].

De son côté, l’EI, qui a lancé son offensive sur Kobané le 16 septembre, a tiré samedi 44 obus de mortier sur les quartiers kurdes de la ville et certains de ces projectiles ont atterri en Turquie, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) basé en Grande-Bretagne. Quatre autres obus ont été tirés dimanche, ajoute l’OSDH.

Que fait la Turquie?

Les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux pressent la Turquie de participer plus directement à la lutte contre l’EI à Kobané, mais Ankara est réticent à l’idée d’armer les Kurdes et d’intervenir militairement contre les jihadistes.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui s’est engagé à renforcer la lutte contre l’EI, a encore rejeté dimanche les appels à ce que son pays fournisse des armes aux combattants kurdes en Syrie.