Syrie: les Kurdes repoussent encore un nouvel assaut jihadiste à Kobané

Des jihadistes du groupe Etat islamique se tiennent le 6 octobre 2014 à côté d'un drapeau qu'ils ont planté sur une colline à la préiphérie de la ville de kurde de Kobané, en Syrie (Aris Messinis/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des djihadistes du groupe Etat islamique se tiennent le 6 octobre 2014 à côté d'un drapeau qu'ils ont planté sur une colline à la préiphérie de la ville de kurde de Kobané, en Syrie (Aris Messinis/AFP)
Des djihadistes du groupe Etat islamique se tiennent le 6 octobre 2014 à côté d’un drapeau qu’ils ont planté sur une colline à la préiphérie de la ville de kurde de Kobané, en Syrie (Archives/Aris Messinis/AFP)

Les forces kurdes défendant la ville syrienne de Kobané ont repoussé encore un nouvel assaut des djihadistes du groupe État islamique (EI) dans l’attente des premiers renforts de peshmergas irakiens attendus en début de semaine.

Pour la quatrième nuit consécutive, les djihadistes ont échoué à prendre le contrôle d’un quartier du nord de Kobané proche de la frontière avec la Turquie, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

L’État islamique se focalise sur ce lieu «afin d’assiéger» les combattants des Unités de protection du peuple kurde (YPG) «dans la ville, couper leur route d’approvisionnement et les empêcher d’évacuer leurs blessés vers la Turquie», selon l’OSDH, un organisme indépendant qui s’appuie sur un vaste réseau d’informateurs sur le terrain.

Les combats se sont par ailleurs poursuivis dans la nuit dans deux secteurs du nord-est de la ville, Souk el-Hal et Kani Arabane, ainsi que sur le front sud, où sept djihadistes ont été tués, a précisé l’OSDH, qui s’appuie sur un large réseau d’informateurs sur le terrain.

Les Kurdes, déjà soutenus par des rebelles syriens, se préparent à recevoir dans les prochains jours l’aide de peshmergas, des combattants du Kurdistan irakien que la Turquie a autorités à transiter par son territoire.

Toujours selon l’OSDH, en 40 jours depuis le début de l’offensive du groupe l’État islamique, la bataille de Kobané a fait plus de 800 morts, dont 481 djihadistes, 302 combattants kurdes et 21 civils, et cela, sans es victimes des frappes de la coalition.

Ailleurs en Syrie, la guerre civile se poursuit entre l’armée du régime de Bachar al-Assad, les rebelles et les djihadistes. Au moins 25 civils, dont 11 enfants, ont péri samedi soir dans des raids aériens de l’armée sur deux secteurs rebelles de la province centrale de Homs, rapportel’OSDH.

Parmi eux, figurent 16 personnes d’une même famille dans la ville de Talbissé, un bilan qui pourrait s’aggraver en raison du nombre de corps ensevelis sous les décombres, précise l’ONG.

*Avec AFP