Un Canadien d’Ottawa, Misbahuddin Ahmed, condamné à 12 ans pour «activités terroristes»

Misbahuddin Ahmed d'Ottawa a été condamné jeudi à 12 ans de prison pour avoir pris part à un complot terroriste (Archives/Djihadwatch)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Misbahuddin Ahmed d'Ottawa a été condamné jeudi à 12 ans de prison pour avoir pris part à un complot terroriste (Archives/Djihadwatch)
Misbahuddin Ahmed d’Ottawa a été condamné jeudi à 12 ans de prison pour avoir pris part à un complot terroriste (Archives/Djihadwatch)

Ce jeudi 23 octobre, la Cour supérieure de justice de l’Ontario a condamné un Canadien d’Ottawa, Misbahuddin Ahmed, 30 ans, à une peine de 12 ans d’emprisonnement pour avoir pris part à un complot monté par une cellule qui comptait commettre un attentat.

Cette condamnation n’est pas liée aux meurtres de deux militaires qui ont endeuillé le Canada cette semaine.

Le 11 juillet 2014, le jury a déclaré Misbahuddin Ahmed, un ancien manipulateur en radiologie de l’hôpital d’Ottawa, coupable de complot en vue de faciliter une activité terroriste, infraction prévue à l’article 83.19 du Code criminel, et d’avoir participé aux activités d’un groupe terroriste, infraction prévue à l’article 83.18.

Il a été déclaré non coupable d’avoir fabriqué une substance explosive ou d’avoir eu en sa possession une telle substance, avec l’intention de mettre la vie en danger ou de causer des dommages graves à des biens, au profit d’un groupe terroriste, infraction prévue à l’article 83.2 du Code criminel.

Il avait toutefois été acquitté du chef plus grave de fabrication et possession d’explosifs.

Misbahuddin Ahmed avait été arrêté en 2010 en même temps que deux autres membres présumés de ce groupe.

Parmi les preuves présentées au procès, un enregistrement d’une conversation dans laquelle les suspects discutaient d’une attaque d’une base militaire au Canada où devait avoir lieu une cérémonie de rapatriement du corps d’un militaire décédé à l’étranger.

Ils avaient été arrêtés à Ottawa en possession, selon la police, de «plans, vidéos, instructions, livres et composants électriques destinés explicitement à la fabrication d’engins explosifs».

Un Canadien présenté comme le cerveau de la cellule terroriste, Hiva Alizadeh, 34 ans, avait été condamné en septembre à 24 ans de prison.

Le troisième homme, un médecin canadien d’origine pakistanaise, Khurram Sher, 31 ans, avait été acquitté en août.

Les parties ont 30 jours pour décider s’il y a lieu d’interjeter appel de cette sentence.

Le Service des poursuites pénales du Canada est chargé d’intenter des poursuites relatives aux infractions relevant de la compétence fédérale, sans influence indue et dans le respect de l’intérêt public. Le SPPC est aussi responsable de conseiller les organismes chargés de l’application de la loi à l’égard des poursuites au Canada.