Après l’Ukraine, le Canada envoie maintenant des observateurs pour les élections en Moldavie

0
192
Le Musée d'histoire, à Chișinau, la capitale moldave, d'où les russophones ont enlevé la statue de la louve romaine, symbole de la latinité des Moldaves. C'est à Chisinau que seront basés 11 experts de la mission d'observation électorale pour les élections parlementaire du 30 Novembre 2014 du Bureau de l'OSCE pour les institutions démocratiques et les droits de l'homme (BIDDH) (Wikipédia)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le Musée d'histoire, à Chișinau, la capitale moldave, d'où les russophones ont enlevé la statue de la louve romaine, symbole de la latinité des Moldaves. C'est à Chisinau que seront basés 11 experts de la mission d'observation électorale pour les élections parlementaire du 30 Novembre 2014 du Bureau de l'OSCE pour les institutions démocratiques et les droits de l'homme (BIDDH) (Wikipédia)
Le Musée d’histoire, à Chișinau, la capitale moldave, d’où les russophones ont enlevé la statue de la louve romaine, symbole de la latinité des Moldaves. C’est à Chisinau que seront basés 11 experts de la mission d’observation électorale pour les élections parlementaire du 30 Novembre 2014 du Bureau de l’OSCE pour les institutions démocratiques et les droits de l’homme (BIDDH) (Wikipédia)

Le Canada, spécialiste des élections problématiques au nez et à la barbe des Russes: après les élections législatives en Ukraine en octobre, le ministre des Affaires étrangères John Baird a annoncé cette semaine que le Canada appuiera aussi la tenue des élections en Moldavie en envoyant jusqu’à 20 observateurs électoraux pour suivre le déroulement des législatives qui auront lieu dans ce pays le 30 novembre et en faire état.

Comme l’Ukraine avec le Donbass, ou la Georgie où deux républiques séparatistes ont reçu l’appui militaire de Moscou en 2008, la Moldavie, située en Europe orientale entre la Roumanie et l’Ukraine, est aux prises avec le problème que lui pose une région sécessionniste, la Transniestrie.

La Transniestrie, la partie orientale de la Moldavie, pays à majorité roumanophone, est dominée par des minorités russe et ukrainienne.

Cette région de l’est de la Moldavie qui a déclaré son indépendance en 1990, a fait fait sécession avec le soutien de Moscou à l’issue d’une guerre en 1992, un an après la chute de l’URSS, bien que son indépendance n’a été reconnue par aucun pays.

La Russie maintient depuis des soldats dans la région, contre la volonté du gouvernement moldave, et malgré l’engagement pris en 1999 de les retirer.

Le commandant suprême des forces alliées en Europe (Saceur), le général Philip Breedlove, s’était d’ailleurs inquiété en mars dernier de la présence massive de troupes russes à la frontière de l’Ukraine, qui pourrait déboucher selon lui sur une intervention de Moscou en Transnistrie, la région séparatiste de Moldavie à majorité russophone.

«Tandis que certains dans la région tentent de nuire à l’avancement de la liberté et de la démocratie, l’appui du Canada aux élections en Moldavie témoigne de notre engagement à l’égard du peuple moldave et de tous ceux qui restent inspirés par la vision d’un État de droit indépendant et démocratique», a affirmé pour sa part le ministre Baird cette semaine.

Les observateurs canadiens participeront donc à la mission d’observation électorale en Moldavie que déploiera à court terme le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

«Par l’entremise de l’OSCE, le Canada jouera une fois de plus un rôle important dans la promotion de la démocratie et d’une saine gouvernance dans la région, a déclaré le ministre Baird. Le Canada est fier d’envoyer des observateurs formés et chevronnés qui soutiendront le peuple moldove alors qu’il se rend aux urnes pour exercer son droit démocratique.», a conclu le chef de la diplomatie canadienne.

On ne voit toutefois pas pour le moment comment les législatives moldaves pourraient se tenir en Transniestrie, contrôlée par les séparatistes.

La mission d’observation électorale en Moldavie

Le Bureau de l’OSCE pour les institutions démocratiques et les droits de l’homme (BIDDH) a officiellement ouvert en octobre une mission d’observation électorale pour les élections parlementaire du 30 Novembre 2014 en Moldavie à l’invitation des autorités de la République de Moldavie.

La mission, dirigée par l’Ambassadeur Jan Petersen, se compose de 11 experts basés à Chisinau, la capitale, et 22 observateurs à long terme être déployés à travers le pays. En outre, le BIDDH demandera 200 observateurs à court terme pour surveiller les procédures le jour du scrutin.

La mission évaluera le processus électoral pour le respect des engagements de l’OSCE et des autres normes internationales pour des élections démocratiques, ainsi que la législation nationale.

Les observateurs surveilleront le cadre législatif et sa mise en œuvre, le travail de l’administration électorale et les organismes gouvernementaux concernés, les activités de la campagne, la couverture médiatique et la résolution des litiges électoraux.

Dans le cadre de l’observation, la mission rencontrera des représentants des autorités compétentes et les partis politiques, ainsi que des candidats, ainsi que des représentants de l’appareil judiciaire, la société civile, les médias et la communauté internationale.

Le jour du scrutin, les observateurs surveilleront le vote, le dépouillement des bulletins de vote et le dépouillement des résultats.

Le lendemain des élections, la mission publiera une déclaration de constatations et conclusions préliminaires. Un rapport final sur l’observation de l’ensemble du processus électoral sera publié environ deux mois après la fin du processus électoral.