Des «porte-avions» dans le ciel, un rêve du Pentagone qui deviendrait réalité

La DARPA ( Defense advanced research projects agency) est intéressé à prouver la faisabilité et la valeur potentielle de la capacité de lancer et de récupérer plusieurs petits systèmes aériens sans pilote à partir d'un ou plusieurs types de gros avions pilotés existants (DARPA)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
La DARPA ( Defense advanced research projects agency) est intéressé à prouver la faisabilité et la valeur potentielle de la capacité de lancer et de récupérer plusieurs petits systèmes aériens sans pilote à partir d'un ou plusieurs types de gros avions pilotés existants (DARPA)
La DARPA ( Defense advanced research projects agency) est intéressé à prouver la faisabilité et la valeur potentielle de la capacité de lancer et de récupérer plusieurs petits systèmes aériens sans pilote à partir d’un ou plusieurs types de gros avions pilotés existants (DARPA)

L’idée d’un vaisseau mère d’où partent à la conquête de la Terre une armada de plus petits appareils, comme dans les productions hollywoodiennes «V» ou «Independence day», pourrait devenir réalité alors que la «Defense advanced research projects agency» américaine invite l’industrie à étudier la faisabilité d’un tel projet.

La Defense Advanced Research Projects Agency» (DARPA), ce qu’on pourrait traduire par «Agence pour les projets de recherche avancée de défense», est une agence du département de la Défense des États-Unis chargée de la recherche et développement des nouvelles technologies destinées à un usage militaire.

Elle a été à l’origine du développement de nombreuses technologies qui sont aujourd’hui réalité.

Et elle invite maintenant  l’industrie américaine de la défense à travailler sur la façon d’utiliser de gros avions dont disposent déjà les forces américaines pour transporter, lancer et  récupérer plusieurs petits aéronefs sans pilote pour accomplir une variété de missions

Les opérations aériennes militaires reposent encore beaucoup sur des «vols habités», dit la DARPA, mais on risque ainsi dans ces missions des avions coûteux, sans parler de la vie des pilotes.

Les petits aéronefs sans pilote, les drones, peuvent quant à eux réduire ou éliminer ces risques, mais ils leur manquent la vitesse, le rayon d’action et l’endurance des plus gros avions.

La solution: que des avions plus gros portent, lancent et récupèrent de multiples petits drones.

Une telle approche, dit l’agence américaine, pourrait augmenter considérablement la gamme des opérations des drones, améliorer la sécurité globale, et, à moindre coût, augmenter de façon révolutionnaire les capacités de renseignement, de surveillance et de reconnaissance.

Et la DARPA est sérieuse. Pour explorer et accélérer le développement possible de ces «avions-porte-drones», elle vient de lancer  un appel d’offres pour des études sur la technique, la sécurité, la faisabilité et la valeur potentielle d’une pareille capacité à lancer et récupérer de multiples petits aéronefs sans pilote à partir d’un ou plusieurs types de gros avions pilotés existants, tels que les avions de transport Hercules C-130.

«Nous voulons trouver des façons de faire de plus petits avions plus efficaces, et une idée prometteuse serait  alors de permettre aux avions gros porteurs existants, avec un minimum de modifications, de devenir des «porte-avions dans le ciel», a déclaré à ce propos Dan Patt, gestionnaire de programme chez DARPA.

Les études sollicitées par la DARPA devront porter sur trois domaines principaux:

  • Les technologies au niveau du système et les concepts qui permettraient à faible coût d’avoir des plateformes réutilisables pour le lancement aéroporté de drones.
  • Des systèmes de récupération qui nécessiteraient une modification minimale de grands types d’avions existants.
  • Et, troisièmement, l’impact de ces nouveaux concepts opérationnels et les applications de mission pour ces nouvelles capacités ainsi que les avantages de cette nouvelle approche par rapport aux approches classiques.

La DARPA est aussi particulièrement intéressés aux technologies qui pourraient améliorer à la fois la survie et l’efficacité des drones.

Un «porte-avions» dans le  ciel nous survolera peut-être bientôt avant de lâcher au dessus de nos têtes une myriade de petits drones comme autant d’abeilles. Bienvenus dans l’avenir.