Franck Gervais, le faux militaire est formellement inculpé

Interviewé par CBC, ce faux militaire s'est fait remarqué par de nombreux vétérans et militaires en raison de «problèmes» avec son uniforme.
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Interviewé par CBC, ce faux militaire s'est fait remarqué par de nombreux vétérans et militaires en raison de «problèmes» avec son uniforme.
Interviewé par CBC, ce faux militaire s’est fait remarqué par de nombreux vétérans et militaires en raison de «problèmes» avec son uniforme.

L’homme de 32 ans qui s’était fait passé pour un militaire, notamment lors de la cérémonie du 11 novembre du Jour du souvenir à Ottawa, a été formellement inculpé par la police d’Ottawa.
—–
Mise à jour du 17/02/2015 à 18h00

Il devait y avoir une rencontre au Palais de justice d’Ottawa mardi matin 17 février, mais ni Gervais ni son avocat n’étaient présents et la cause a donc été remise au 4 mars.

—-
Mise à jour du 08/01/2015 à 11h34

À la comparution de mardi 6 janvier à la Cour de l’Ontario, la Couronne a divulgué une grande partie de la preuve contre Franck Gervais. La prochaine étape, a expliqué à 45eNord.ca l’avocat de l’accusé, Me Claude Lévesque du cabinet Jusrisconsulte de Montréal, sera la conférence préparatoire où se retrouveront les parties.

Celle-ci devrait avoir lieu dans le courant de février. On ne saura donc pas avant si Franck Gervais plaidera coupable ou non. L’avocat de la partie défenderesse n’a toutefois pas caché que lui et son client prennent les allégations au sérieux.

—-
Mise à jour

Le 9 décembre, Franck Gervais, absent mais représenté par son avocat, Claude Lévesque, a obtenu une remise du dossier au 6 janvier prochain. La Couronne a remis à Me Lévesque la preuve recueillie lors de l’enquête policière.

—-

L’homme qui s’est présenté comme un militaire en entrevue télévisée avec CBC est accusé de quatre faits:

  • un chef d’accusation de prétendre faussement être un agent de la paix, en vertu de l’article 130 (1)(a) du Code criminel du Canada
  • un chef de prétendre faussement être un agent de la paix (emploi trompeur d’un insigne ou article d’uniforme) en vertu de l’article 130 (1)(b) du Code criminel du Canada
  • un chef d’emploi illégitime d’un uniforme militaire, en vertu de l’article 419 (a) du Code criminel du Canada
  • un chef d’emploi illégitime d’une décoration militaire, en vertu de l’article 419 (b) du Code criminel du Canada

La police d’Ottawa a précisé que Franck Gervais s’est rendu directement dans un poste de la Police d’Ottawa le 15 novembre, avant d’être arrêté, inculpé et relâché sur engagement et promesse de comparaître devant les tribunaux le 9 décembre 2014.

Les autorités policières de la capitale fédérale avaient ouvert une enquête au sujet de Franck Gervais après avoir reçu de nombreuses plaintes, notamment de militaires, qui ne reconnaissaient pas ce soi-disant frère d’armes et avaient décelé de nombreuses anomalies sur son uniforme.

Le ministère de la Défense nationale avait confirmé à 45eNord.ca qu’aucun Franck Gervais ne figurait dans ses registres militaires., ajoutant que «ces activités desservent les hommes et les femmes fiers membres des Forces armées canadiennes, qui ont gagné le droit de porter leurs uniformes grâce à leur travail acharné et aux sacrifices qu’ils ont fait pour notre pays».

La Presse Canadienne a révélé de son côté que Franck Gervais soutenait également auprès de ses collègues de travail qu’il était un ex-militaire. À la connaissance des employés de l’entreprise Potvin Construction, Franck Gervais avait porté l’uniforme, a affirmé vendredi le patron de la compagnie, Martin Savard. «ll était connu comme un ancien militaire ici, c’est pour ça qu’on a été surpris d’apprendre ça», a-t-il expliqué en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne.

En entrevue avec CBC News, vendredi, l’épouse de Franck Gervais a dit avoir reçu des menaces de mort depuis que l’imposture présumée a été rendue publique.